Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Cardio : remplacement d’une valve mitrale sans ouverture du cœur ni du thorax

L’équipe médico-chirurgicale de l’Institut Cœur Poumon du CHU de Lille dirigée par le Pr Eric Van Belle et le Dr Thomas Modine a réalisé le remplacement d’une valve cardiaque mitrale sans ouverture du thorax ni du cœur. Cette intervention mini-invasive, pratiquée en novembre 2018, a permis un rétablissement très rapide de la patiente opérée.
L’équipe médico-chirurgicale de l’Institut Cœur Poumon du CHU de Lille dirigée par le Pr Eric Van Belle  et le Dr Thomas Modine a réalisé le remplacement d’une valve cardiaque mitrale sans ouverture du thorax ni du cœur. Cette intervention mini-invasive, pratiquée en novembre 2018, a permis un rétablissement très rapide de la patiente opérée.
C’est en effet en passant par les voies naturelles à partir d’une simple ponction dans une veine de la jambe de la patiente, que cette valve a été implantée à travers un cathéter, sans besoin d’arrêter le cœur. 
L’opération visait à corriger une défaillance sévère de fonctionnement de la valve mitrale,  indispensable au fonctionnement du cœur, chez une patiente qui présentait un risque opératoire trop élevé pour subir une chirurgie conventionnelle à thorax ouvert. Cette prouesse médicale a été rendue possible par l’utilisation d’une nouvelle génération de valve mitrale spécialement conçue à cet effet (valve Céphéa). Elle  a été réalisée avec la participation du Pr Godart, en cardiologie pédiatrique, du Dr Brandt anesthésiste et des Dr Pontana et Dr Coisne pour l’imagerie, du CHU de Lille.

Un réel espoir pour les patients souffrant d’insuffisance mitrale

L’insuffisance (ou fuite) mitrale est la maladie des valves cardiaques la plus fréquente. Elle est responsable d’insuffisance cardiaque, c’est à dire un essoufflement au moindre effort très invalidant, et de l’apparition d’œdèmes dans les jambes.

L’insuffisance mitrale peut apparaître avec l’âge ou être la séquelle d’une maladie cardiaque antérieure comme un infarctus du myocarde
Jusqu’alors, le seul traitement chirurgical existant consistait à ouvrir le thorax pour réparer la valve, ou la remplacer par une prothèse. Cette intervention innovante, pratiquée au CHU de Lille, représente un réel espoir pour les personnes souffrant d’une insuffisance de la valve mitrale pour lesquelles aucun des traitements à disposition actuellement n’est efficace et présentant un risque trop élevé pour prétendre à une chirurgie conventionnelle. Elle pourrait ainsi à l’avenir bénéficier à de nombreux patients.
Lille maîtrise les techniques d’intervention mini-invasive. Ses équipes réalisent 300 remplacements de valves aortiques par an par TAVI et c’est la première fois que cette technique d’implantation est adoptée pour le remplacement d’une valve mitrale.

L’Institut Cœur Poumon du CHU de Lille, une référence européenne

"L’Institut Cœur Poumon du CHU de Lille offre des programmes de soins et de services ultraspécialisés pour le traitement des maladies cardiovasculaires en pathologie coronaire, valvulaire et rythmologique. Nos équipes possèdent une vaste expertise et contribuent à faire avancer la science de la médecine notamment dans le domaine des valvulopathies, où leurs travaux sont internationalement reconnus", se félicitent le Pr Eric Van Belle et le Dr Thomas Modine.
Le Pr Eric Van Belle, cardiologue interventionnel, chef du Pôle Cardiovasculaire et Pulmonaire et co-responsable du Centre des Valvulopathies
Le Dr Thomas Modine, chirurgien, co-responsable du Centre des Valvulopathies
Projet emblématique de la modernisation du sud du campus hospitalo-universitaire lillois, l’Institut Coeur Poumon réunira en 2020 l’ensemble des activités médicales et chirurgicales cardiologiques, vasculaires et pneumologiques du CHU de Lille. Plus grand hôpital cardio-pulmonaire d’Europe, il a vocation à être un établissement d’excellence ouvert sur son environnement. Une opération symbolique, dans une région où les indicateurs sont défavorables pour les maladies cardiovasculaires et respiratoires. 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.