Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

1ère naissance française après vitrification de l’ovocyte

Une première grossesse française a été obtenue après vitrification de l’ovocyte dans le service d’histologie-embryologie-biologie de la reproduction du Pr Jean-Philippe Wolf à l’hôpital Cochin (AP-HP). L’enfant né naturellement à 36 semaines le 4 mars dernier à l’hôpital Robert Debré (AP-HP), se porte parfaitement bien et pesait 2980 g pour 48 cm à la naissance.

Une première grossesse française a été obtenue après vitrification de l’ovocyte dans le service d’histologie-embryologie-biologie de la reproduction du Pr Jean-Philippe Wolf à l’hôpital Cochin (AP-HP). L’enfant né naturellement à 36 semaines le 4 mars dernier à l’hôpital Robert Debré (AP-HP), se porte parfaitement bien et pesait 2980 g pour 48 cm à la naissance. 
 
La vitrification est une technique de congélation des embryons ou des cellules reproductrices féminines qui repose sur une baisse ultrarapide de la température sans formation de cristaux de glace. Dans ce cas, la vitrification a permis la congélation rapide des cellules reproductrices féminines, les ovocytes, de la mère.
 
La vitrification des ovocytes avait été décidée le jour de la ponction, afin de ne pas perdre les ovocytes du fait d’un échec de recueil du sperme du conjoint. Du sperme a ensuite été recueilli et congelé pour éviter que la situation ne se reproduise. L’équipe du Pr Wolf a ensuite réalisé la fécondation de l’ovocyte in vitro par micro-injection du sperme (technique Intra Cytoplasmic Sperm Injection : ICSI). Cet enfant est donc issu d’une double congélation de l’ovocyte et du sperme.
 
La vitrification des ovocytes permet aujourd’hui de conserver des ovocytes frais non fécondés et donne la possibilité de préserver la fertilité des patientes. Déjà pratiquée en dehors de nos frontières, cette technique a été autorisée en France par la loi de bioéthique votée en 2011 dans des cas précis comme celui-ci. Elle l’est également pour assurer la préservation de la fertilité féminine en cas de traitement à risque stérilisant.
 
Situé au sein du nouveau Port-Royal, le centre d’assistance médicale à la procréation (AMP) des Hôpitaux universitaires Paris Centre (AP-HP) des Pr de Ziegler et Wolf associe des spécialistes de la reproduction – médecins et biologistes – et des gynécologues obstétriciens ainsi que le plus important Centre d’étude et de conservation des œufs et du sperme humains (CECOS) de France, pour une prise en charge globale de l’infertilité. 
 
1er centre pour l’activité d’aide médicale à la procréation  avec dons d’ovocytes d’île de France, l’hôpital Cochin (AP-HP) réalise près de 1 000 fécondations in vitro réalisés par an : 939 cycles débutés et 987 transferts d’embryons en 2010
Chiffres clés des centres médicaux d’aide à la procréation de l’AP-HP

6 centres d’AMP, au sein des hôpitaux Pitié-Salpêtrière, Tenon, Bichat, Cochin, Jean-Verdier et Antoine Béclère. 3 sites de l’AP-HP ont la particularité de prendre en charge les couples "en risque viral" (hépatites et HIV) : Cochin, Pitié Salpêtrière et Bichat.
3 Centres d’Etude et de Conservation des Œufs et du Sperme Humains : Cochin, Tenon, Jean-Verdier
Concernant la préservation de la fertilité, l’ensemble des sites réalisent une activité d’autoconservation des gamètes et tissus germinaux à usage autologue en particulier les 3 sites accueillant un CECOS
L’accueil d’embryons est assuré sur les sites de Cochin et Tenon
Le diagnostic pré-implantatoire (DPI) est  autorisé sur 3 sites en France, dont un à l’AP-HP : Antoine-Béclère – Necker Enfants-malades

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.