Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

50 ans, c’est l’heure du dépistage du cancer colorectal et mars, le mois dédié

Partenaire de mars bleu « campagne nationale de dépistage du cancer colorectal », le CHU de Tours invite les quinquagénaires à s’informer sur ses stands le 9 mars à l’hôpital Bretonneau et le 10 mars à l’hôpital Trousseau. Le message des professionnels de santé est simple : démontrer aux hommes et aux femmes de 50 à 74 ans, l’intérêt du test Hemoccult II qui permet d’effectuer une recherche de sang occulte dans leurs selles. L’efficacité de cet examen biennal, simple, indolore et entièrement gratuit, a été démontrée. En effet, le taux de survie à 5 ans d’un cancer colorectal traité à un stade précoce est de 94%. Malheureusement, diagnostiqué encore tardivement, ce cancer, reste un des plus meurtriers après le cancer du poumon. Il est responsable de près de 17 000 décès par an.

Partenaire de mars bleu « campagne nationale de dépistage du cancer colorectal », le CHU de Tours invite les quinquagénaires à s’informer sur ses stands le 9 mars à l’hôpital Bretonneau et le 10 mars à l’hôpital Trousseau. Le message des professionnels de santé est simple : démontrer aux hommes et aux femmes de 50 à 74 ans, l’intérêt du test Hemoccult II qui permet d’effectuer une recherche de sang occulte dans leurs selles. L’efficacité de cet examen biennal, simple, indolore et entièrement gratuit, a été démontrée. En effet, le taux de survie à 5 ans d’un cancer colorectal traité à un stade précoce est de 94%. Malheureusement, diagnostiqué encore tardivement, ce cancer, reste un des plus meurtriers après le cancer du poumon. Il est responsable de près de 17 000 décès par an.
 D’où la mobilisation générale orchestrée par le Centre de Coordination des Dépistages des Cancers (CCDC). En Indre et Loire où 45% des femmes et hommes de 50 à 74 ans participent déjà au dépistage, l’information circulera sur des affiches, banderoles, sachets de fruits et légumes, serviettes siglées dans la restauration collective, stands. Point d’orgue de la mobilisation en Indre et Loire, la 2ème Marche Bleue du Dépistage se tiendra le Dimanche 20 mars à 14h00 à l’Hippodrome de Chambray-lès-Tours.

Le cancer colorectal et son dépistage organisé
En 2005, on estimait à 37 400 environ le nombre de nouveaux cas de cancer colorectal en France. Au 3ème rang des cancers les plus fréquents, le cancer colorectal évolue silencieusement au départ et seul un dépistage régulier peut permettre d’identifier la maladie à un stade très précoce de son développement ou de détecter des polypes (adénomes), avant qu’ils n’évoluent vers un cancer.
En faisant un test de recherche de sang occulte dans les selles tous les 2 ans (suivi d’une coloscopie en cas de test positif) il est possible de diminuer de 35% la mortalité par cancer colorectal chez les participants.
Le test de dépistage (Hemoccult II) est à retirer chez le médecin généraliste. Véritable sentinelle, ce praticien remet et explique les modalités de l’examen. En cas d’antécédents familiaux ou personnels ou de présence de signes d’alerte, il orientera son patient vers une procédure plus adaptée.

Contact : www.ccdc37.fr ou 02.47.47.98.92

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.