Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Groupe Cardio-Calmette : de l'auto-évaluation à la visite des experts de l'ANAES

120 personnes du Groupe Cardio-Calmette se sont mobilisées durant trois mois pour préparer l’auto-évaluation. Cette première étape dans la démarche d’accréditation a permis de dégager en interne les atouts mais aussi les secteurs à améliorer.

Pour ce faire chaque groupe composé d’un pilote et d’une douzaine de professionnels représentant tous les métiers, a étudié un domaine d’activité selon les référentiels* codifiés dans le manuel d’accréditation.
« Les groupes multidisciplinaires sont l’occasion de rencontrer d’autres métiers que nous ne côtoyons pas forcément lors de notre activité. Ce travail de groupe permet aussi de prendre conscience de la nécessité de décloisonner les activités pour bien fonctionner. » commente Mme Devulder cadre infirmier à l’hôpital Cardiologique.
Après une mise en commun des résultats de l’analyse, le groupe a validé le contenu et la méthode de travail utilisée.

Chaque référentiel a fait l’objet d’une cotation par l’équipe puis d’une validation par le sous-comité qualité et la Direction-Générale.

Le 4 septembre 2000, le bilan complet de l’auto-évalution est adressé à l’ANAES (Agence Nationale d’Accréditation et d’Evaluation en Santé).
Les experts ont visité le site du 16 au 20 octobre. Leur mission : valider le bilan de l’auto-évaluation à partir de l’analyse de documents, d’entretiens avec les hospitaliers et d’observations sur le terrain lors des visites organisées dans les services.

La qualité : une démarche de longue haleine

A l’issue de ces 4 journées, les premiers résultats étaient restitués lors d’une réunion. Il apparaît que les points forts et les axes de progrès avaient été correctement identifiés en interne par le personnel.
On découvre également que les services les mieux préparés sont ceux qui possèdent déjà une culture qualité. Ainsi, au service des urgences respiratoires et de réanimation médicale de l’hôpital Calmette, le Pr Durocher reconnaît que le programme de lutte contre les infections nosocomiales à bactéries multirésistantes mené de 96 à 98 a préparé l’ensemble du personnel à adopter la démarche qualité. «

Cependant le travail d’amélioration du service rendu au patient ne s’arrête pas à l’accréditation et demande un effort de longue haleine de la part de tous les acteurs pour donner des résultats concrets et durables. » souligne le Pr Durocher.

« Le Groupe Hospitalier Cardio-Calmette s’est fortement engagé dans une réflexion, dans une démarche qualité et de prévention. Cette démarche dépasse largement la procédure de la simple accréditation. Elle fait partie de la culture du Groupe Hospitalier Cardio-Calmette. C’est le point fort du groupe » Extrait de la restitution des experts visiteurs du 2 octobre 2000.
Aujourd’hui, le rapport de l’ANAES est en ligne sur le site Intranet de la Délégation Qualité du CHU de Lille.

*Il existe 10 référentiels qui peuvent être regroupés selon trois grands thèmes :
– le patient et sa prise en charge : 3 référentiels
– le management et la gestion au service du patient : 4 référentiels
– la qualité et la prévention : 3 référentiels

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.