Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Allergies aux pollens : le CHU correspondant national

Connaître l'environnement atmosphérique des patients allergiques permet de mieux les soigner. Depuis février 2008, les comptes polliniques sont réalisés au CHU grâce à l'antenne pollinique installée à l'hôpital Central. Elle permet aux équipes d'allergologie de réaliser, une fois par semaine, des recueils de pollens, de les analyser par tranches journalières, d'établir des corrélations avec des symptômes cliniques afin de mettre en place des thérapeutiques adaptées.

Connaître l’environnement atmosphérique des patients allergiques permet de mieux les soigner. Depuis février 2008, les comptes polliniques sont réalisés au CHU grâce à l’antenne pollinique installée à l’hôpital Central. Elle permet aux équipes d’allergologie de réaliser, une fois par semaine, des recueils de pollens, de les analyser par tranches journalières, d’établir des corrélations avec des symptômes cliniques afin de mettre en place des thérapeutiques adaptées. Le Pr Gisèle Kanny, chef du service de médecine interne d’immunologie clinique et d’allergologie s’en explique.

Une connaissance antérieure du contenu en pollens de l’air est utile à la prise en charge des affections allergiques qui leur sont liées. Une veille sanitaire sur l’environnement aérien et domestique est nécessaire grâce aux pollens recueillis par les cinquante antennes polliniques réparties sur tout le territoire français. Dans chaque site : un responsable du capteur de pollens, un analyste et un médecin responsable clinique.

Le Réseau National de Surveillance Aérobiologique (RNSA), association loi 1901, centralise ensuite toutes les données. Il est chargé d’étudier le contenu de l’air en particules biologiques et de mesurer leurs conséquences sur la santé. Chaque site a été choisi par rapport à des critères climatiques, botaniques et de densité de populations. En France, le RNSA classe les espèces selon un potentiel allergisant allant de 0 à 5 (0 = nul et 5 = très fort). Les données métrologiques (pollens et moisissures) sont complétées par des données cliniques pour établir des bulletins régionaux hebdomadaires très utiles aux allergologues.

Certains pollens d’arbres, de plantes, d’herbacées ou de graminées sont très allergisants : ils possèdent une substance reconnue comme immunologiquement néfaste. Ils induisent, chez les personnes sensibles, des affections d’apparences bénignes, parfois sévères, toujours gênantes voire invalidantes. Ce sont des rhinites allergiques communément appelées « rhume des foins », des conjonctivites, des manifestations cutanées avec aggravation de certains eczémas ou de l’asthme. La période globale de pollinisation en Lorraine peut s’étaler sur 8 mois, de février à septembre.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”