Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Ambulatoire : l’anesthésie des enfants par l’hypnose

Grains de beauté congénitaux, lésions dermatologiques … Pour ces interventions superficielles et peu invasives réalisées sur l’enfant, l’hypnose représente une bonne alternative à l’anesthésie et à la gestion de la douleur, sans risque de complication médicamenteuse. Appelée aussi « distraction positive », l’hypnose est particulièrement adaptée au profil des jeunes patients...

Grains de beauté congénitaux, lésions dermatologiques … Pour ces interventions superficielles et peu invasives réalisées sur l’enfant, l’hypnose représente une bonne alternative à l’anesthésie et à la gestion de la douleur, sans risque de complication médicamenteuse. Appelée aussi « distraction positive », l’hypnose est particulièrement adaptée au profil des jeunes patients. Avec plus d’une soixantaine d’interventions réalisées sous hypno-analgésie chez les 6 – 15 ans à l’hôpital Lapeyronie depuis 2012, le CHRU de Montpellier a pu développer une réelle expertise.
 
Avant l’essor de l’hypnose, les interventions mineures chez l’enfant devaient être effectuées sous anesthésie générale alors qu’une anesthésie locale ou locorégionale suffisait chez l’adulte. Cette particularité était liée aux spécificités de l’analgésie, à la limitation des doses d’anesthésiques locaux utilisables, aux difficultés de rester immobile pour l’enfant et à la gestion de l’angoisse périopératoire.
Avec l’hypnose, les équipes disposent d’un nouvel outil. L’enfant « baigne » dans un état favorable à une intervention chirurgicale sous anesthésie locale. Sans être agréable, cette opération n’est plus ressentie comme douloureuse. Grâce à leur imagination spontanée, les enfants à partir de 6 ans sont d’ailleurs plus réceptifs que les adultes à cette technique.
 
En pratique
L’hypno-analgésie est faite en association à une prémédication et une anesthésie locale par pommade (Emla®), complétée par des anesthésiques locaux tamponnés. Les interventions, sélectionnées par le chirurgien concernent généralement les chirurgies plastiques cutanées. L’hypno-analgésie est réalisée par les infirmiers anesthésistes (IADE) ayant suivi une formation « Initiation aux techniques d’hypno analgésie » dispensée par le CHRU de Montpellier ; les enseignements étant assurés par des formateurs de l’Institut Français d’Hypnose (IFH).
 
Au CHRU de Montpellier, les soixante premières interventions ont donné des résultats très encourageants. Parfaitement adaptée à la prise en charge ambulatoire de l’enfant, cette alternative est de plus en plus souvent proposée par les équipes de chirurgie et d’anesthésie pédiatriques du CHRU dirigées par le Pr Guillaume Captier, chirurgien plastique pédiatrique et le Pr Christophe Dadure, anesthésiste. 
 
Une étude prospective scientifique est actuellement en cours pour évaluer les bénéfices de l’hypno-analgésie par rapport à l’anesthésie générale en pédiatrie.
 
En savoir plus sur
L’hypno-analgésie désigne la réduction de la douleur à l’aide de l’hypnose. En effet, il est important que la douleur ne soit pas complètement supprimée par l’hypnose car elle est le seul moyen que possède l’organisme pour indiquer un problème.
 
L’hypnose médicale est une méthode reconnue pour la gestion de l’angoisse au cours de la réalisation de gestes de soins plus ou moins invasifs, que ce soit chez l’adulte ou l’enfant. Elle se caractérise par un état de conscience modifié qui permet d’être à la fois "ici et ailleurs" (voyage). L’individu plonge ainsi dans son imaginaire pour s’extraire d’une situation inconfortable. Cette technique est également appelée « distraction positive » par le corps médical.
L’effet de l’hypnose sur le ressenti de la douleur est connu depuis longtemps. La diminution de l’inconfort ressenti et de la douleur a été démontrée à partir d’examens réalisés sous IRM fonctionnelle.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.