Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Anévrysme cérébral : première intervention mondiale par voies nasales

Traitement chirurgical d'un anévrysme de l'artère communicante antérieure par voie endoscopique endonasale : les équipes de neurochirurgie (Pr S.Froelich, Dr P. Boyer) et d'ORL (Pr C. Debry, Pr A. Gentine) ont réalisé pour la première fois au monde, le traitement chirurgical d'un anévrysme cérébral de l'artère communicante antérieure, par voie endoscopique en passant par les voies naturelles nasales.

Traitement chirurgical d’un anévrysme de l’artère communicante antérieure par voie endoscopique endonasale : Les équipes de neurochirurgie (Pr S.Froelich, Dr P. Boyer) et d’ORL (Pr C. Debry, Pr A. Gentine) ont réalisé pour la première fois au monde, le traitement chirurgical d’un anévrysme cérébral de l’artère communicante antérieure, par voie endoscopique en passant par les voies naturelles nasales.

Les anévrysmes de l’artère communicante antérieure sont classiquement traités soit par des techniques d’embolisation par cathétérisme de l’artère porteuse ou par voie chirurgicale lorsque l’anévrysme, de part sa conformation ne se prête pas à l’embolisation. La voie chirurgicale nécessite classiquement une ouverture fronto-temporale de la voute crânienne, la dissection du sillon entre le lobe frontal et temporal et la rétraction du lobe frontal afin d’exposer l’anévrysme. Cette rétraction cérébrale parfois prolongée peut être à l’origine de lésions du lobe frontal et de séquelles cognitives.

La technique endoscopique à travers les fosses nasales évite l’ouverture crânienne et la morbidité qui lui est associée et ne nécessite surtout aucune rétraction cérébrale puisque l’anévrysme située sous le cerveau est abordé par le bas.

Cette technique nouvelle est le fruit d’une étroite collaboration entre deux disciplines, la neurochirurgie (Pr S. Froelich) et l’ORL (Pr C. Debry) pour le traitement des lésions de la base du crâne. Celles-ci sont particulièrement difficiles d’accès du fait de leur localisation profonde sous l’encéphale. Jusqu’à maintenant, ces lésions étaient abordées par des voies d’abords complexes à travers les os de la base du crâne (oreille, orbite, face) afin d’aborder la lésion de bas en haut et diminuer l’écartement cérébrale nécessaire à l’exposition de la lésion.

Depuis 3 ans, les Prs S. Froelich et C. Debry abordent certaines de ces lésions en passant par les cavités nasales et sinusiennes naturelles à l’aide de techniques endoscopiques. Ces voies d’abord en plein essor, dites «mini-invasives», évitent des ouvertures extensives à travers l’os de la base du crâne, parfois délabrantes. Elles permettent également au chirurgien grâce à l’utilisation d’un endoscope d’avoir une vue panoramique de la lésion.

L’utilisation de ces techniques pour le traitement de lésion vasculaire comme l’anévrysme cérébral constitue un pas important. Si une équipe américaine de Pittsburgh (Pr A. Kassam) a en 2007 décrit une voie similaire pour 2 variantes très rares d’anévrismes intracrâniens, il s’agit aujourd’hui du premier cas d’anévrysme de l’artère communicante antérieure. Ceux ci sont parmi les localisations les plus fréquentes d’anévrysmes intracrâniens et sont situés sous les lobes frontaux. Ils se prêtent donc particulièrement bien à un abord endoscopique endonasal.

La procédure consiste à passer par les fosses nasales et ouvrir sous contrôle endoscopique le sinus sphénoïdale situé au fond des fosses nasales. Le toit et le fond du sinus sphénoïdal en sont ensuite fraisés afin d’exposer la dure-mère qui est l’enveloppe entourant le cerveau. Celle-ci est ouverte, exposant les deux nerfs optiques et le chiasma ainsi que la face inférieure des deux des lobes frontaux droit et gauche. L’anévrysme et les artères qui y mènent sont ensuite exposées au-dessus des nerfs optiques et du chiasma. Une fois le collet de l’anévrysme exposé, l’anévrysme est exclu en posant un clip neurochirurgical classique sur le collet. La fermeture est renforcée par un lambeau de muqueuse septale afin de diminuer au maximum le risque de fuite de liquide céphalo-rachidien.

Les limitations et difficultés de ces techniques résident principalement dans l’adéquation encore imparfaite du matériel utilisé mais les progrès rapides de l’endoscopie et de l’instrumentation dédiée à l’endoscopie neurochirurgicale permettent de repousser progressivement ces limites et nul doute que cette avancée ouvre de belles perspectives.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”