Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Aux Hospices Civils de Lyon être sur-diplômée ne suffit pas !

Dans le désir d\'apporter une bonne adéquation entre mes activités et mon salaire, j\'ai acquis de nombreux diplômes durant ma carrière :rnrn- DE Infirmièrern- DE Infirmière de Bloc Opératoirern- Licence 3 professionnelle DIST (UCLB Lyon 1)rn- Master 1 Management des opérations (IAE Lyon 3)rn- Master 2 Management des pôles hospitaliers (IFROSS Lyon 3)rnrnMalheureusement pour moi, les diplômes universitaires ne suffisent pas ! rnrnDe nombreuses personnes avant moi ont vécu cette situation et ont suivi la formation cadre de santé.rnrnSeulement, à quelques années de la retraite, est-il réellement pertinent de suivre ce parcours ?

Pour accéder  à un poste derncadre responsable à 8 ans de la retraite, dans ce type d’institution, selon le directeur adjoint de la DPAS, je dois "candidater" à un poste de "faisant fonction cadre" pendant un ou deux ans avant de passer le concours cadre de santé et suivre la formation du même nom.

rnrn

Selon le directeur général des soins, il n’est pas nécessaire pourrnmoi de suivre un tel parcours, au vu de mon dossier et de mes projetsrnprofessionnels.

rnrn

A priori, la décision prise par ces différentes « directions »rn à mon égard n’est pas claire  et ne facilite pas mon positionnement quant aurnchoix du parcours le plus approprié.

rnrn

Qui plus est, au-delà des considérations propres à la valorisation statutaire ou salariale, j’airntoujours actuellement une activité et un statut d’IBODE opérationnelle.

S\’agissant de mon souhait de positionnement sur une activité transversalerndans le domaine des projets institutionnels ou celui de la coordination desrnservices à la personne, malgré mes nombreux investissements je ne peux doncrntoujours pas trouver le moyen de rebondir ou de m’épanouir au sein de ma carrière.

rnrn
Ma question est donc la suivante :
rnrn

Très justement, l’État, par ses investissementsrnfinanciers, alimentés par le 1% des salariés, nous permet d’accéder à desrnformations adaptées aux besoins du marché grâce à desrn« passerelles ». Malheureusement, face à tous ces progrès, certainsrnemployeurs de la FPH ne sont toujours pas prêts à suivre lernmouvement !                        rn

rnrn

Alors, pour enfin faire des économies et « séduire » lesrnprofessionnels de santé motivés,rnqu’attendez-vous pour créer des passerelles entre les Diplômes Universitairesrnet ceux de l’État ?!

rnrn
Patricia Massé-Nesztler
rnrn
PS : Informations complémentaires enrnPJ.
rnrn
rnrn

rnrn

rnrn

 

rnrn

rnrn

rnrn

rnrn

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”