Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Caméra cachée : le Professeur EDAN gagne le procès contre France 3

Le 19 avril 2000, le professeur Gilles Edan, chef du service de neurologie du CHU de Rennes, a été informé par son entourage qu'il avait été filmé à son insu dans son bureau par un journaliste accompagnant le conjoint d'un malade traité dans le service et qui lui avait été présenté comme un membre de la famille.

Une caméra cachée dans le bureau d’un médecin
Le 19 avril 2000, le professeur Gilles Edan, chef du service de neurologie du CHU de Rennes, a été informé par son entourage qu’il avait été filmé à son insu dans son bureau par un journaliste accompagnant le conjoint d’un malade traité dans le service et qui lui avait été présenté comme un membre de la famille. Ce « reportage » était diffusé dans l’émission « Pièces à conviction » consacré à la maladie de Creutzfeldt – Jacob, le 18 avril sur France 3. Le médecin, très choqué par ce procédé, a décidé, conjointement avec le CHU de Rennes, de porter l’affaire devant le tribunal de Grande Instance de Rennes qui a rendu son jugement le 30 septembre 2002. France 3 a été condamnée à verser un euro symbolique au professeur Edan et au CHU de Rennes ainsi qu’à la publication du jugement.

Une violation grave des règles déontologiques
Le professeur Edan a saisi le comité de réflexion bioéthique de Rennes qui a prononcé l’avis suivant : « le comité de réflexion bioéthique de Rennes dénonce fermement la diffusion publique de propos tenus dans le cadre d’une conversation privée, comme participant à une sorte de viol de confiance. La diffusion contrevient gravement aux exigences de l’éthique et du respect des personnes (en l’occurrence, celle du médecin). Une information claire et une autorisation préalables sont nécessaires : elles doivent pouvoir être confirmées avant la diffusion. Le comité a considéré qu’il fallait absolument préserver la consultation et le colloque singulier des invasions médiatiques et éviter de nuire à la qualité des échanges entre médecins et patients ou familles de patients. Le règne de la suspicion envers des personnes inconnues, autres que le patient lui-même, risque de mener à l’échec de la confiance et à la perte de la confidence. La faculté de savoir rend chacun de nous dépositaire d’une responsabilité : celle de faire du savoir le fondement d’un bien. C’est là un souci éthique que les médecins et les patients souhaiteraient partager avec la presse. »

Le préjudice du médecin et de l’hôpital reconnu par le tribunal
Le tribunal dans sa décision du 30 septembre 2002 a confirmé le préjudice subi par le professeur Edan: le journaliste a, selon les termes du jugement « surpris la bonne foi du médecin, détournant toutes les règles déontologiques d’une profession et les principes fondamentaux de la démocratie sans que ce comportement puisse être justifié par un droit à l’information qui n’est aucune façon supérieur aux droits qui ont été bafoués : le secret médical, le respect de la vie privée, le respect de l’individu. »

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Un nouveau robot chirurgical au CHU de Poitiers

Le mois dernier, le CHU de Poitiers s’est doté du nouveau robot chirurgical Da Vinci X. Une technologie qui permet à plusieurs de ses services de multiplier le nombre d’opérations mais également de développer de nouvelles perspectives pour certaines spécialités.

Une rencontre automobile contre le cancer à Poitiers

Le 30 mai dernier, le CHU de Poitiers célébrait l’ouverture de la 30e édition de l’événement automobile 500 Ferrari contre le cancer, organisé tous les ans par l’association Sport et Collection et le Rotary Club Sud-Vienne, au profit de la recherche contre le cancer. Une manifestation devenue une tradition, et qui accueille depuis 1995 quinze à vingt mille personnes. En l’espace de quelques jours, plus d’un millier de véhicules de prestige ont ainsi été réunis.

Au CHU de Rouen, on forme grâce à la réalité virtuelle

La semaine dernière, le CHU de Rouen annonçait l’acquisition d’un système de vidéo projection immersif et interactif au sein de son centre d’entraînement et de formation par simulation, le Medical Training Center. L’objectif principal : optimiser la préparation des professionnels aux situations sanitaires exceptionnelles et/ou à risques grâce à un outil de réalité virtuelle.

Les CHU à SantExpo : la prévention puissance dix 

La semaine dernière, nous étions présents, pour la troisième année consécutive, sur le stand des CHU de France à SantExpo. Une session placée sous le signe de la prévention avec, au programme, de nombreuses tables rondes accueillant spécialistes et personnalités autour de sujets tels que la transformation écologique, l’attractivité ou encore la cybersécurité. Nous vous proposons de revenir sur dix moments forts.