Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Cancer du rein : tuer les tumeurs par le froid

Le cancer du rein touche 10 000 personnes chaque année. Près de 60% de ces tumeurs sont diagnostiquées à un stade précoce, leur tumeur mesure le plus souvent moins de 4 cm. Autre particularité, ces malades ne présentent aucun symptôme et leur cancer est détecté de manière fortuite, lors d'un radio ou d'une échographie abdominale. Actuellement, le traitement de référence de ces petites tumeurs est la chirurgie (intervention appelée néphrectomie partielle qui consiste à n'enlever que la tumeur en épargnant le rein). Cette intervention n'est pas dénuée de complications puisqu'elle s'accompagne dans près de 20% des cas d'hémorragie, de fuite d'urine au niveau du rein, d'infections, d'embolie pulmonaire…). L'équipe médicale du Centre Hospitalier Lyon Sud (CHU de Lyon) est une des six équipes* françaises à expérimenter la nouvelle technique prometteuse qu'est la cryothérapie.

Le cancer du rein touche 10 000 personnes chaque année. Près de 60% de ces tumeurs sont diagnostiquées à un stade précoce, leur tumeur mesure le plus souvent moins de 4 cm. Autre particularité, ces malades ne présentent aucun symptôme et leur cancer est détecté de manière fortuite, lors d’un radio ou d’une échographie abdominale. Actuellement, le traitement de référence de ces petites tumeurs est la chirurgie (intervention appelée néphrectomie partielle qui consiste à n’enlever que la tumeur en épargnant le rein). Cette intervention n’est pas dénuée de complications puisqu’elle s’accompagne dans près de 20% des cas d’hémorragie, de fuite d’urine au niveau du rein, d’infections, d’embolie pulmonaire…). L’équipe médicale du Centre Hospitalier Lyon Sud (CHU de Lyon) est une des six équipes* françaises à expérimenter la nouvelle technique prometteuse qu’est la cryothérapie.

Les atouts de la cryothérapie : technique mini-invasive, indolore avec une durée d’hospitalisation réduite à 48h00
Peu invasive puisque sans ouverture chirurgicale, la cryothérapie traite, par le froid, les tumeurs de moins de 4 cm qui représentent 60% des cancers du rein. L’intervention se déroule dans une salle de scanner sous anesthésie générale. Les aiguilles de cryothérapie sont placées au sein de la tumeur à travers la peau de manière très précise grâce au scanner. Ces aiguilles conduisent un gaz réfrigéré (Argon) qui va congeler la tumeur. Une fois l’opération terminée, le patient n’a ni cicatrice ni douleur. Sa durée moyenne d’hospitalisation est de 48h contre au moins 5 jours pour la chirurgie. Aucun autre traitement chimiothérapie, radiothérapie…) n’est nécessaire pour ces tumeurs bien localisées au rein. Seul un suivi radiologique sera mis en place.
L’expérience a commencé en avril 2009. Huit patients ont été traités avec succès.

* seuls les CHU de Strasbourg, Toulouse, Bordeaux, Nantes et St Louis (APHP) initient la cryothérapie dans le traitement des cancers du rein. Le Centre Hospitalier Lyon Sud couvre tout le Grand Est français.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Un nouveau robot chirurgical au CHU de Poitiers

Le mois dernier, le CHU de Poitiers s’est doté du nouveau robot chirurgical Da Vinci X. Une technologie qui permet à plusieurs de ses services de multiplier le nombre d’opérations mais également de développer de nouvelles perspectives pour certaines spécialités.

Une rencontre automobile contre le cancer à Poitiers

Le 30 mai dernier, le CHU de Poitiers célébrait l’ouverture de la 30e édition de l’événement automobile 500 Ferrari contre le cancer, organisé tous les ans par l’association Sport et Collection et le Rotary Club Sud-Vienne, au profit de la recherche contre le cancer. Une manifestation devenue une tradition, et qui accueille depuis 1995 quinze à vingt mille personnes. En l’espace de quelques jours, plus d’un millier de véhicules de prestige ont ainsi été réunis.

Au CHU de Rouen, on forme grâce à la réalité virtuelle

La semaine dernière, le CHU de Rouen annonçait l’acquisition d’un système de vidéo projection immersif et interactif au sein de son centre d’entraînement et de formation par simulation, le Medical Training Center. L’objectif principal : optimiser la préparation des professionnels aux situations sanitaires exceptionnelles et/ou à risques grâce à un outil de réalité virtuelle.

Les CHU à SantExpo : la prévention puissance dix 

La semaine dernière, nous étions présents, pour la troisième année consécutive, sur le stand des CHU de France à SantExpo. Une session placée sous le signe de la prévention avec, au programme, de nombreuses tables rondes accueillant spécialistes et personnalités autour de sujets tels que la transformation écologique, l’attractivité ou encore la cybersécurité. Nous vous proposons de revenir sur dix moments forts.