Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Cancer du sein : innovations en imagerie au service des femmes

Mammographe numériqueLe Centre Hospitalier Universitaire de Grenoble a inauguré le 10 mai, dans de nouveaux locaux entièrement dédiés à l'imagerie de la femme, deux équipements neufs qui constituent une avancée dans le diagnostic des cancers du sein et la santé des femmes : un échographe à élastographie quantitative et un mammographe numérique à tomosynthèse.

Le Centre Hospitalier Universitaire de Grenoble a inauguré le 10 mai, dans de nouveaux locaux entièrement dédiés à l’imagerie de la femme, deux équipements neufs qui constituent une avancée dans le diagnostic des cancers du sein et la santé des femmes : un échographe à élastographie quantitative et un mammographe numérique à tomosynthèse.

Le cancer du sein est au premier rang de l’ensemble des cancers chez les femmes en France et constitue une priorité de santé publique. Le dépistage du cancer du sein, organisé par les pouvoirs publics et promu par le Plan Cancer, est généralisé sur l’ensemble du territoire depuis 2004. Il concerne les femmes âgées de 50 à 74 ans, qui sont invitées à se faire dépister tous les deux ans par mammographies. Cet examen est pris en charge par l’Assurance-maladie.

La mammographie est ainsi l’examen radiologique réalisé pour dépister au plus tôt des anomalies avant qu’elles n’aient provoqué de symptômes cliniques. Elle permet de détecter des cancers bien avant qu’ils ne soient palpables. Elle nécessite l’étalement des tissus mammaires par compression du sein, pour faciliter la visualisation de ses structures et réduire la dose de rayons X délivrée.

Mammographe numériqueL’échographie mammaire est réalisée en complément, si le radiologue la juge utile, pour préciser des anomalies détectées en mammographie, ou lorsque la mammographie atteint ses limites (seins denses). L’échographie est une technique non irradiante qui utilise des ultrasons.Echographe mammaireGrenoble est le second CHU de France à se doter d’un mammographe numérique à tomosynthèse (seulement 10 machines en France / 85 équipements en Europe). Il est le premier à s’être équipé d’une nouvelle génération d’échographe. Il est pour l’instant le seul établissement de l’agglomération à disposer de ces équipements.Par ces acquisitions innovantes et de haute technicité, la Direction et les équipes de Radiologie et d’Imagerie médicale du CHU, en lien étroit avec celles de Gynécologie, d’Oncologie, de Radiothérapie, d’Imagerie nucléaires et d’Anatomo-pathologie qui assurent la prise en charge des femmes atteintes de cancer du sein, témoignent de leur volonté d’améliorer toujours la prise en charge de ces patientes en Isère. La radiologie du CHU participe activement à la campagne de dépistage du cancer du sein en partenariat avec l’Office De Lutte contre le Cancer (ODLC).Au sein de la Clinique Universitaire de Radiologie et d’Imagerie Médicale située au rez-de-chaussée haut de l’Hôpital Michallon, ces équipements sont installés dans des locaux de 120 m2 entièrement refaits à neuf et dédiés à l’imagerie de la femme. Spacieux, ils ont été pensés pour assurer confort et confidentialité aux patientes venues réaliser ces examens.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.