Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Cancer : l’unité de médecine ambulatoire rassemble 5 spécialités

Rassembler en un même lieu cinq spécialités médicales en procédant au transfert total de l'activité ambulatoire d'une d'entre elles (hématologie) et en y adjoignant une partie de l'activité de quatre autres (gastro-entérologie, maladies respiratoires, dermatologie, médecine interne) représentait un indéniable défi. Il a été relevé le 5 novembre 2007 avec la création de l'unité de médecine ambulatoire (UMA) à orientation oncologie.

Rassembler en un même lieu cinq spécialités médicales en procédant au transfert total de l’activité ambulatoire d’une d’entre elles (hématologie) et en y adjoignant une partie de l’activité de quatre autres (gastro-entérologie, maladies respiratoires, dermatologie, médecine interne) était un indéniable défi. Il a été relevé le 5 novembre 2007 avec la création de l’unité de médecine ambulatoire (UMA) à orientation oncologie.

Située au 1er étage du CHU Robert Debré, l’UMA occupe un espace entièrement rénové et repensé qui accueille en journée du lundi au vendredi les patients : couleurs joyeuses, luminosité, mobilier adapté, possibilité de disposer d’un lit et si les patients le souhaitent, de pouvoir regarder la télévision ou d’échanger avec d’autres malades dans la salle de convivialité… L’architecture intérieure a été pensée pour offrir les meilleures conditions de confort.

Coordonné par le Pr Olivier Bouché, assisté du Dr Lidia Petit, ce centre de responsabilité inter-pôle composé fonctionne en étroite collaboration avec le pôle «digestif-endocrinologie», le pôle «thoracique, cardiaque, vasculaire» et le pôle «médecines».
Il reçoit le concours de 12 de leurs praticiens, de neuf infirmières, quatre secrétaires, une aide-soignante et d’un agent de service hospitalier, encadrés par Mme Appert-Fache.

Créé pour mutualiser les réponses en matière de soins et offrir un cadre d’accueil agréable aux patients, l’unité de médecine ambulatoire a aussi pour objectif de réduire au maximum le temps que passe le patient dans l’établissement dans le respect de la déontologie et des besoins liés à sa pathologie. L’importante préparation réalisée en amont de l’ouverture a permis d’harmoniser les pratiques et d’optimiser les soins et les moyens.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.