Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Cardio : nouveau système d’assistance cardiaque percutanée pour angioplastie coronaire à haut risque

Le Pr Christian Spaulding et le Dr Eric Durand du département de cardiologie de l’HEGP (AP-HP) ont réalisé avec succès le premier cas français d’angioplastie à haut risque chez un patient complexe porteur d’une dysfonction ventriculaire gauche sévère à l’aide d’un nouveau système d’assistance cardiaque percutanée. L'intervention s'est déroulée le le 30 mai 2012.

Le Pr Christian Spaulding et le Dr Eric Durand du département de cardiologie de l’HEGP (AP-HP) ont réalisé avec succès le premier cas français d’angioplastie à haut risque chez un patient complexe porteur d’une dysfonction ventriculaire gauche sévère à l’aide d’un nouveau système d’assistance cardiaque percutanée. L’intervention s’est déroulée le le 30 mai 2012.
L’angioplastie coronaire, effectuée sous anesthésie locale, consiste à traiter une artère coronaire rétrécie en la dilatant au moyen d’une sonde munie d’un ballon gonflable à son extrémité. La sonde est introduite au niveau de l’aine par l’artère fémorale ou au niveau du poignet par l’artère radiale. Le ballon est gonflé pendant 10 à 30 secondes puis retiré. Un deuxième ballon serti d’une endoprothèse est ensuite introduit et gonflé. Il permet de larguer l’endoprothèse qui reste ainsi en place de façon permanente.
L’angioplastie coronaire est devenue la méthode de revascularisation la plus fréquente avec un taux de succès de plus de 96%. Elle a cependant des limites, notamment pour les patients présentant une fonction cardiaque altérée (par exemple par d’anciens infarctus) chez qui une occlusion même brève de l’artère peut avoir des conséquences catastrophiques. Le nouveau système d’assistance cardiaque percutanée offre aujourd’hui une alternative.

La technique, utilisée pour la première fois en France à l’HEGP (AP-HP), consiste à mettre en place par voie percutanée au niveau du pli de l’aine une assistance cardiaque « Impella CVad ». Il s’agit d’une turbine qui est montée dans l’aorte et placée dans le ventricule gauche. Le sang du cœur est alors aspiré dans la turbine et rejeté dans l’aorte, assurant un débit entre 3,5 et 4 l/min (contre 2 à 2,5l/min pour les anciens systèmes). Cette technique entraîne donc une décharge du ventricule gauche avec réinjection dans l’aorte ascendante ce qui assiste le cœur lors de la procédure, et permet à l’opérateur de travailler en toute quiétude sur des procédures de dilatation coronaire souvent complexe chez ces patients.
 
Dans le premier cas, le patient présentait un rétrécissement de la valve aortique, des lésions coronaires complexes (tronc commun,  artère interventriculaire antérieure, et coronaire droite) et une fonction cardiaque altérée. Une dilatation de la valve aortique a d’abord été réalisée, suivie par la mise en place de l’assistance cardiaque Impella CVad, puis de la dilatation coronaire. L’état clinique du patient qui s’est amélioré rapidement lui a permis de sortir de l’hôpital trois jours après l’intervention. 

Pour ce premier patient en grande insuffisance cardiaque, 4 jours de préparation ont été nécessaires afin de mettre au point la procédure d’intervention. La décision de recourir à cette stratégie thérapeutique pour ce patient a été longuement discutée en réunion pluridisciplinaire avec les chirurgiens et les cardiologues et mûrement réfléchie avec le patient et sa famille.

Dans un contexte d’accessibilité réduite à la greffe cardiaque en France, cette avancée ouvre donc des perspectives nouvelles dans le domaine du traitement des occlusions ou des sténoses artérielles pour des patients en impasse thérapeutique dont la stratégie de revascularisation chirurgicale est impossible et l’angioplastie coronaire jugée à très haut risque. Ce système d’assistance peut également être utilisé chez des patients admis en urgence pour des chocs cardiogéniques secondaires à un infarctus du myocarde. Dans tous les cas, la procédure doit être réalisée par des équipes médicales et paramédicales entraînées, dans des centres experts disposant de plateaux techniques équipés, et permettant des préparations et une surveillance optimales

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.