Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Cardiologie : le palmarès de l’Express

Où aller en cas de pépin ? Quels sont les meilleurs services de chirurgie cardiaque ? Où pratique-t-on les angioplasties avec le maximum de sécurité ? Dans son dossier du 12 septembre intitulé « Cardiologie, le palmarès des meilleurs hôpitaux et cliniques », L’Express répond en publiant trois tableaux

Où aller en cas de pépin ? Quels sont les meilleurs services de chirurgie cardiaque ? Où pratique-t-on les angioplasties avec le maximum de sécurité ? Dans son dossier du 12 septembre intitulé «Cardiologie,  le palmarès des meilleurs hôpitaux et cliniques »,  L’Express  répond en publiant trois tableaux sur le traitement de l’infarctus du myocarde (190 établissements prenant en charge au moins 100 infarctus sont évalués) , l’angioplastie des coronaire par stent  (208 structures assurant au moins 100 interventions) et le pontage aorto-coronarien (58 hôpitaux et cliniques autorisés).

Les résultats

Infactus : les CHU de Toulouse et Dijon arrivent en tête devant Nancy, le CHU Chenevier-Mondor à Créteil (AP-HP), le CHR de Metz-Thionville, le CHU de Grenoble, l’hôpital Jacques-Coeur à Bourges, le CHU de Caen, le CHU de Bordeaux et la clinique Pasteur à Toulouse.

Concernant l’angioplastie avec stent, le CHU  et la clinique Pasteur de Toulouse sont respectivement 1er et 2ème . Viennent ensuite la clinique Pasteur d’Essey-lès-Nancy, l’hôpital privé Saint-Martin de Caen, l’Institut Jacques-Cartier à Massy (Essonne), la Pitié-Salpêtrière (AP-HP) à Paris, le CHU de Caen, et trois ex-aequo à la huitième place: le CHU Chenevier-Mondor à Créteil, le CH de La Rochelle et le CHU de Nancy.

Estelle Saget note que dès 2013,les centres pratiquant moins de 350 angioplasties par an devront renoncer à cette activité.

Pour le pontage coronarien, le podium est tenu par Pitié-Salpêtrière puis l’Institut Jacques-Cartier et le CHU de Bordeaux. Viennent ensuite le CHU Félix-Guyon – Saint-Denis de la Réunion, la clinique  Saint-Augustin à Bordeaux, le groupe hospitalier Bichat-Claude-Bernard à Paris (AP-HP), le CHU de Toulouse, la clinique de la Sauvegarde à Lyon, la clinique Pasteur à Toulouse . Trois ex-aequo au 10ème rang: les CHU de Rennes et Dijon ainsi que la clinique Saint-Gratien à Tours.

Les cinq critères retenus sont le nombre de séjours, la durée moyenne de séjour, la diversité, la complexité des interventions et la notoriété. L’étude est menée en association avec Swiss Life à partir de données médicales issues et éditées par sa filiale Carte Blanche. Les données de 2010 ont été acquises auprès de l’ Agence Technique de l’information sur l’Hospitalisation (Atih) qui dépend du ministère de la Santé. Leur traitement a été assuré par Santé Value qui a mis au point l’outil Guidhospi, édité par Carte Blanche.

Réactions

Toulouse dit sa fierté de figurer en tête du classement et rappelle dans la « Dépêche » du 13 septembre qu’un pôle de recherche clinique d’excellence  se met en place : le Cardio center fruit d’une alliance entre les deux établissements phares en cardiologie, le CHU et la Clinique Pasteur.

Le  CHU de Dijon se félicite d’avoir pris la tête du hit-parade des établissements traitant l’infarctus avec une note de 19,8/20, et des beaux scores obtenus pour le pontage aorto-coronarien 10e  avec une note de 18/20 et pour l’angioplastie des coronaires par stent 17e  avec une note de 17,9/20

Lyon dénonce les erreurs du magazine qui le relègue au 120ème rang alors que son activité le place en 3ème position après le CHU de Toulouse et le CHR de Metz-Thionville.

Les infarctus en France

Chaque année, en France, 60 000 personnes sont frappées d’un infarctus. 95% survivront (1) à cet accident. Grâce au progrès de l’angioplastie et la pose de stent La mortalité cardio-vasculaire a été divisée par deux en quarante ans. Ce progrès est aussi dû à l’efficacité des  secours mieux organisés et aux médicaments mieux ciblés.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.