Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Centre fédératif des pathologies pelvi-périnéales

Développé au cours des vingt dernières années, le centre fédératif des pathologies fonctionnelles pelvi-périnéales a été officiellement institué à l'automne 2009. Pour mieux traiter des patients souffrant de ces troubles complexes le centre réunit plusieurs spécialités dans une logique de partage de moyens et de compétences.

Développé au cours des vingt dernières années, le centre fédératif des pathologies fonctionnelles pelvi-périnéales a été officiellement institué à l’automne 2009. Pour mieux traiter des patients souffrant de ces troubles complexes le centre réunit plusieurs spécialités dans une logique de partage de moyens et de compétences.

Une offre de soins fédératrice parfaitement identifiée plus performante que les approches de spécialités
«Nous prenons en charge des personnes qui souffrent de pathologies compliquées relevant d’au moins deux spécialités parmi les nôtres: urologie, neuro-urologie, neurologie, neurochirurgie, médecine physique et réadaptation (MPR) neurologique…, explique le Dr Jean-Jacques Labat, neurologue MPR, spécialisé en neuro-urologie. Ces pathologies de fonctions, même si elles n’altèrent pas forcément la fonction vitale, sont graves en ce qu’elles obèrent considérablement la qualité de vie. On imagine à quel point l’incontinence ou une douleur permanente qui empêche de s’asseoir peuvent être invalidantes. Le handicap pelvi-périnéal est en lui-même une entité reconnue dans le cadre de sociétés savantes comme la société interdisciplinaire francophone d’urodynamique et de pelvi périnéologie (SIFUD PP).»

Pour chaque type de pathologie, une consultation est organisée selon des rythmes variables en fonction des thématiques : une journée par mois pour la neuro-urologie, une demi-journée par mois pour les troubles de la statique pelvienne et incontinences, une demi-journée hebdomadaire pour les douleurs pelvipérinéales (touchant notamment au nerf pudendal ou «honteux»). Plus ponctuellement, des consultations s’intéressent à l’andro-sexologie (pour répondre au souhait de procréation chez des paraplégiques, par exemple) ainsi qu’aux pathologies complexes touchant des personnes (enfants puis adultes) atteintes de malformations anorectales ou pelviennes(dans le cadre du centre de référence de ces maladies rares ou du centre de compétence des spinas bifidas).

Le centre organise les rendez-vous de consultations des patients, dont certains viennent de loin. Objectif : permettre aux consultants de rencontrer les différents spécialistes concernés en un minimum de temps. Leur cas sera aussi examiné dans un cadre pluridisciplinaire, chacun apportant son éclairage : plusieurs spécialistes confrontent leur point de vue pour aboutir à un diagnostic et déterminer un parcours de soins combinant chirurgie (dont se charge la spécialité la plus concernée selon le cas: urologie, chirurgie digestive, gynécologie ou neurochirurgie), traitement médicamenteux et réadaptation, par exemple. Des staffs multidisicplinaires sont également organisés régulièrement sur ces thématiques.

Le CHU de Nantes, en collaboration avec certains établissements privés (Nouvelles cliniques nantaises, polyclinique de l’Atlantique), offre ainsi une structure unique en France reposant sur un acquis solide et permettant une meilleure orientation de patients souvent victimes d’errances diagnostiques et thérapeutiques, sources de souffrance morale et de coûts financiers inutiles. La renommée du centre est déjà nationale et internationale.

Les consultations
– neuro-urologie (services d’urologie et de médecine physique et de réadaptation) : Pr Brigitte Perrouin-Verbe, Dr Jean-Jacques Labat, Dr Loïc Le Normand.
– douleurs pelvi-périnéales : Pr Roger Robert, Mr Michel Guérineau, Dr Jean-Jacques Labat, Dr Thibault Riant.
– troubles de la statique pelvienne et incontinences : Pr Paul-Antoine Lehur, Dr Réjane Bouquin, Dr Jean-Michel Garnier, Dr Jean-Jacques Labat, Dr Loïc Le Normand, Dr Marc Le Fort.
– andro-sexologie : Pr Paul Barrière, Dr Olivier Bouchot, Dr Sophie Mirallie.
– malformations anorectales et pelviennes, spinas bifidas : Pr Paul-Antoine Lehur, Pr Brigitte Perrouin-Verbe, Dr Sophie Guillard, Dr Jean-Jacques Labat,
Dr Loïc Le Normand, Dr Dominique Menegalli, Dr Guillaume Meurette, Dr Marc David Leclair, Dr Sophie Touchais.

Contact : 02.40.08.39.10

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”