Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Don d’organes : 250 personnes mobilisées dans les gares et les TER d’Alsace

Le 22 juin, dès 6h30 les voyageurs des TER200 circulant entre Strasbourg et Mulhouse recevront la visite des associations de personnes greffées et du réseau des équipes hospitalières de Mulhouse, Colmar, et Strasbourg en charge du Prélèvement d'organes et de Tissus. Une action de sensiblisation au don d'organes et de tissus rendue possible grâce au partenariat original conclu avec la SNCF région Alsace.

Le 22 juin, dès 6h30 les voyageurs des TER200 circulant entre Strasbourg et Mulhouse recevront la visite des associations de personnes greffées et du réseau des équipes hospitalières de Mulhouse, Colmar, et Strasbourg en charge du Prélèvement d’organes et de Tissus. Une action de sensiblisation au don d’organes et de tissus rendue possible grâce au partenariat original conclu avec la SNCF.

A partir de 8h, dans les gares de Strasbourg, Colmar et Mulhouse, les équipes répondront aux questions des voyageurs et des personnes en transit. Le thème de la campagne nationale « Positionnez vous face au DON, dites le à vos proches… » sera largement évoqué. L’information sera complétée par des expositions et la distribution de documents. Les évolutions du don et de la greffe feront l’objet d’interventions. A Strasbourg, les équipes aborderont le sujet de la greffe à partir d’un donneur ivant (moelle, reins,…) : une technologie maîtrisée, filière nécessaire au développement de la greffe. A Colmar, il sera question du prélèvement de Tissus, de Cornées, et de Peau et à Mulhouse de la démarche du Don.

Cette première journée du Réseau Alsace des Prélèvements se déroulera avec la collaboration avec les équipes de Greffe, et des Hôpitaux régionaux (Sélestat, Saverne….), des écoles d’infirmiers et avec le soutien de nombreuses associations de greffés.

Cette opération d’envergure permettra aux voyageurs d’entamer une réflexion sur le don d’organes après un premier contact dans le train, puis un 2ème éventuellement en gare (ou inversement), l’objectif étant de les amener à prendre leur décision et à en parler autour d’eux, à leurs collègues, amis et familles.

OUI ou NON… Dites-le !
La Journée nationale de réflexion sur le don d’organes et la greffe vise à informer chaque Français des enjeux du don d’organes, des démarches à accomplir pour être donneur ou pour refuser le don. Elle permet également de répondre aux questions. Mais son objectif principal est d’inciter chacun à faire un choix sur le don d’organes, à le dire à ses proches. Cette information est précieuse car elle favorise la diminution des refus de prélèvement. Aujourd’hui, près d’un prélèvement possible sur trois est refusé. Dans 6 cas sur 10, le refus émane de la famille. Il s’agit souvent d’un refus par précaution : la famille s’abstient d’autoriser le prélèvement car elle ne connaît pas la décision du défunt.

L’engagement de la région SNCF Alsace pour la journée du Don d’organes
La SNCF région Alsace accueille les équipes hospitalières dans la plupart des TER 200 qui circuleront entre Strasbourg et Mulhouse. Elle met également à disposition des associations de greffés et des équipes médicales, des espaces dans les 3 grandes gares alsaciennes :
– à Strasbourg, au centre de la Verrière, ainsi que près des entrées latérales,
– à Mulhouse, dans les deux halls Départ et Arrivée
– à Colmar dans le hall Départ

Au total, près de 250 personnes seront mobilisées dans les trains et dans les gares de la région.

Les partenaires
SNCF
Hôpitaux Civils de Colmar
Centre hospitalier de Mulhouse
Les Hôpitaux Universitaires de Strasbourg
Centre Hospitalier St-Morand Altkirch
Centre Hospitalier Sainte Catherine Saverne
Centre Hospitalier de Sélestat
Groupe Hospitalier du Centre Alsace
Région alsace
mut’est
genzyme
La Maison du DIACONAT
COTRAL
Clinique des Trois Frontières
Fnair – Fédération nationale d’aide aux insuffisants rénaux – Région Alsace
Vaincre la mucoviscidose
France ADOT
CARDIO – GREFFES ALSACE

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”