Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Emphysème pulmonaire : Innovation thérapeutique européenne

Le premier patient européen de l'étude internationale VENT (traitement endoscopique de l'emphysème pulmonaire) a été traité la semaine dernière au CHRU de Lille.

Le premier patient européen de l’étude internationale VENT (traitement endoscopique de l’emphysème pulmonaire) a été traité la semaine dernière au CHRU de Lille.

Un traitement innovant

La chirurgie de réduction du volume pulmonaire (CRVP), qui élimine les zones pulmonaires malades, s’est montrée efficace chez certaines catégories de patients emphysémateux. Il s’agit cependant d’une chirurgie lourde, et non dénuée de risque.

Ce nouveau traitement est obtenu par l’intermédiaire de microvalves placées dans les bronches drainant les territoires malades au moyen d’un bronchoscope souple simplement descendu dans les voies aériennes par la bouche.

Véritable innovation thérapeutique, cette approche instrumentale non invasive de l’emphysème pulmonaire a fait l’objet d’études expérimentales et pilotes de faisabilité et de sécurité. La première étude clinique visant à évaluer l’efficacité de cette technique vient de démarrer en Europe et aux Etats-Unis.

Le patient ainsi traité a pu regagner son domicile au bout de 3 jours d’hospitalisation.

Le CHRU et la Faculté de Médecine de Lille, réunissant des compétences dans les domaines de la recherche expérimentale et clinique en pneumologie, en chirurgie thoracique, en radiologie et en physiologie respiratoire se positionne en 1ère ligne dans le domaine de la prise en charge du handicap respiratoire.

L’emphysème pulmonaire, qui touche de nombreuses personnes à travers le monde, est une conséquence irréversible de l’exposition aux polluants (fumée de cigarette essentiellement).

L’essoufflement inexorable des personnes souffrant d’emphysème est lié à un trouble de la mécanique ventilatoire combiné à la diminution de la surface des échanges gazeux. Les tissus pulmonaires atteints, distendus, vont emplir graduellement la cavité thoracique, laissant de moins en moins de volume disponible au poumon pour respirer.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”