Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Équipement de pointe : un cone beam en imagerie

Depuis le mois de mai 2010 un nouvel appareil de radiographie à été installé au service d’imagerie. Le cone beam, appareil de tomographie volumique numérisée par faisceau conique, est un nouvel outil d’imagerie médicale trouvant de multiples applications dans l’évaluation des structures dento-maxillaires et faciales.

Depuis le mois de mai 2010 un nouvel appareil de radiographie à été installé au service d’imagerie. Le cone beam, appareil de tomographie volumique numérisée par faisceau conique, est un nouvel outil d’imagerie médicale trouvant de multiples applications dans l’évaluation des structures dento-maxillaires et faciales.
Plus précis qu’une radiographie panoramique et moins irradiant que le scanner classique, il réalise des clichés des tissus minéralisés du câne (os, cartilages et dents) dans tous les plans de l’espace, offrant la possibilité d’une reconstruction informatique en 3 dimensions.
Utilisant un faisceau conique ouvert qui lui permet de balayer l’ensemble du volume à radiographier en un seul passage, à l’inverse du scanner traditionnel qui pour sa part effectue des coupes linéaires par de multiples rotations.

Entre panoramique et scanner

Ce nouvel appareil offre donc une résolution d’image supérieure à celle du scanner et permet d’identifier fractures, kystes, lésions osseuses ou corps étrangers. L’appareil a cependant ses limites, il ne permet pas notamment de mesures de densité ni d’examen des tissus mous.
Sa dosimétrie (exposition aux rayons ionisants) se situe globalement entre celle du panoramique et celle du scanner traditionnel, avec des doses pouvant varier de 1,5 à 12 par rapport au scanner et de 4 à 42 par rapport au panoramique en fonction des appareils et de la résolution utilisée. C’est pourquoi le panoramique reste privilégié en première intention.
Selon les recommandations de la haute autorité de santé, ce nouvel appareil est donc indiqué dans certains cas précis.

En implantologie dentaire

Du fait de la précision de la fiabilité de ses mesures, la HAS juge le cone beam indiqué "pour préciser la position d’éléments anatomiques, par exemple la topographie du canal mandibulaire avant la pose d’implants ou l’extraction chirurgicale de troisièmes molaires inférieures incluses." Mais il permet également grâce à la numérisation en 3D la création de guides implantatoires.

En endodontie

En  seconde intention lorsque la radiologie conventionnelle n’apporte pas de résultats suffisants pour un  bilan péri-apical pré-chirurgical, l’analyse de l’anatomie endodotique, la recherche de pathologies endodontiques.

En chirurgie buccale

Pour repérer des kystes ou des tumeurs bénignes, pour des bilans infectieux, dents de sagesse, dents incluses et troubles de l’éruption.

En chirurgie maxillo-faciale et en traumatologie

Pour identifier fractures, lésions arthrosiques de l’ATM ou dysmorphoses faciales lorsqu’une exploration des tissus mous n’est pas requise et lorsque le niveau d’irradiation est moindre qu’avec le scanner classique.

En orthopédie dento-faciale

Pour le diagnostic et l’analyse des structures osseuses de la face.

ORL, orthopédie et recherche

Des études montrent la faisabilité d’examen des sinus ou de l’appareil auditif en ORL ou encore en orthopédie pour certains examens articulaires du poignet ou de la cheville : la disponibilité de l’appareil vient compenser un fonctionnement et une configuration peu adaptés.

Guides chirurgicaux

Si elle n’apporte pas de réel avantage en terme de diagnostic, la modélisation en trois dimensions peut permettre l’élaboration de guides chirurgicaux. Assisté par informatique, le praticien va ainsi créer avec précision un dispositif permettant, dans le cas de l’implantologie, de fixer la prothèse dentaire en tenant compte de la morphologie du patient, comme par exemple dans le cas d’une masse osseuse réduite.

Cone beam permet aussi de développer des programmes de recherche dans le domaine des tissus de soutien et des tissus osseux.

Cone beam est indiqué dans certains cas précis en implantologie dentaire, en endodontie, en chirurgie buccale, en chirurgie maxillo-faciale et traumatologie, en orthopédie dento-faciale.cone beam réalise des clichés des tissus minéralisés du crâne (os et dents) dans tous les plans de l’espace, offrant la possibilité d’une reconstruction informatique en trois dimensions. Il utilise un faisceau conique ouvert qui lui permet de balayer l’ensemble du volume à radiographier en un seul passage, à l’inverse du scanner traditionnel qui pour sa part effectue des coupes linéaires par de multiples rotations.cone beam, appareil de tomographie volumique numérisée par faisceau conique : un nouvel outil d’imagerie médicale trouvant de multiples applications dans l’évaluation des structures dento-maxillaires et faciales.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”