Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Équipement de pointe : un cone beam en imagerie

Depuis le mois de mai 2010 un nouvel appareil de radiographie à été installé au service d’imagerie. Le cone beam, appareil de tomographie volumique numérisée par faisceau conique, est un nouvel outil d’imagerie médicale trouvant de multiples applications dans l’évaluation des structures dento-maxillaires et faciales.

Depuis le mois de mai 2010 un nouvel appareil de radiographie à été installé au service d’imagerie. Le cone beam, appareil de tomographie volumique numérisée par faisceau conique, est un nouvel outil d’imagerie médicale trouvant de multiples applications dans l’évaluation des structures dento-maxillaires et faciales.
Plus précis qu’une radiographie panoramique et moins irradiant que le scanner classique, il réalise des clichés des tissus minéralisés du câne (os, cartilages et dents) dans tous les plans de l’espace, offrant la possibilité d’une reconstruction informatique en 3 dimensions.
Utilisant un faisceau conique ouvert qui lui permet de balayer l’ensemble du volume à radiographier en un seul passage, à l’inverse du scanner traditionnel qui pour sa part effectue des coupes linéaires par de multiples rotations.

Entre panoramique et scanner

Ce nouvel appareil offre donc une résolution d’image supérieure à celle du scanner et permet d’identifier fractures, kystes, lésions osseuses ou corps étrangers. L’appareil a cependant ses limites, il ne permet pas notamment de mesures de densité ni d’examen des tissus mous.
Sa dosimétrie (exposition aux rayons ionisants) se situe globalement entre celle du panoramique et celle du scanner traditionnel, avec des doses pouvant varier de 1,5 à 12 par rapport au scanner et de 4 à 42 par rapport au panoramique en fonction des appareils et de la résolution utilisée. C’est pourquoi le panoramique reste privilégié en première intention.
Selon les recommandations de la haute autorité de santé, ce nouvel appareil est donc indiqué dans certains cas précis.

En implantologie dentaire

Du fait de la précision de la fiabilité de ses mesures, la HAS juge le cone beam indiqué "pour préciser la position d’éléments anatomiques, par exemple la topographie du canal mandibulaire avant la pose d’implants ou l’extraction chirurgicale de troisièmes molaires inférieures incluses." Mais il permet également grâce à la numérisation en 3D la création de guides implantatoires.

En endodontie

En  seconde intention lorsque la radiologie conventionnelle n’apporte pas de résultats suffisants pour un  bilan péri-apical pré-chirurgical, l’analyse de l’anatomie endodotique, la recherche de pathologies endodontiques.

En chirurgie buccale

Pour repérer des kystes ou des tumeurs bénignes, pour des bilans infectieux, dents de sagesse, dents incluses et troubles de l’éruption.

En chirurgie maxillo-faciale et en traumatologie

Pour identifier fractures, lésions arthrosiques de l’ATM ou dysmorphoses faciales lorsqu’une exploration des tissus mous n’est pas requise et lorsque le niveau d’irradiation est moindre qu’avec le scanner classique.

En orthopédie dento-faciale

Pour le diagnostic et l’analyse des structures osseuses de la face.

ORL, orthopédie et recherche

Des études montrent la faisabilité d’examen des sinus ou de l’appareil auditif en ORL ou encore en orthopédie pour certains examens articulaires du poignet ou de la cheville : la disponibilité de l’appareil vient compenser un fonctionnement et une configuration peu adaptés.

Guides chirurgicaux

Si elle n’apporte pas de réel avantage en terme de diagnostic, la modélisation en trois dimensions peut permettre l’élaboration de guides chirurgicaux. Assisté par informatique, le praticien va ainsi créer avec précision un dispositif permettant, dans le cas de l’implantologie, de fixer la prothèse dentaire en tenant compte de la morphologie du patient, comme par exemple dans le cas d’une masse osseuse réduite.

Cone beam permet aussi de développer des programmes de recherche dans le domaine des tissus de soutien et des tissus osseux.

Cone beam est indiqué dans certains cas précis en implantologie dentaire, en endodontie, en chirurgie buccale, en chirurgie maxillo-faciale et traumatologie, en orthopédie dento-faciale.cone beam réalise des clichés des tissus minéralisés du crâne (os et dents) dans tous les plans de l’espace, offrant la possibilité d’une reconstruction informatique en trois dimensions. Il utilise un faisceau conique ouvert qui lui permet de balayer l’ensemble du volume à radiographier en un seul passage, à l’inverse du scanner traditionnel qui pour sa part effectue des coupes linéaires par de multiples rotations.cone beam, appareil de tomographie volumique numérisée par faisceau conique : un nouvel outil d’imagerie médicale trouvant de multiples applications dans l’évaluation des structures dento-maxillaires et faciales.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.