Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Essais litigieux en Inde : plaidoyer pour relocaliser la recherche clinique en Europe

Un contrôle effectué par l'Agence française du médicament (ANSM) dans les locaux de la société GVK Biosciences à Hyderabad (Inde) a mis à jour une manipulation de données lors de la conduite d’essais cliniques pour une dizaine de médicaments génériques et ce sur une période d'au moins cinq années – ces essais litigieux remettent en cause la fiabilité des travaux qui ont permis à la société indienne d’obtenir des autorisations de mise sur le marché (AMM) pour le compte des fabricants. Alertée, l’agence européenne du médicament (EMA) a recommandé le retrait

Un contrôle effectué par l’Agence française du médicament (ANSM) dans les locaux de la société GVK Biosciences à Hyderabad (Inde) a mis à jour une manipulation de données lors de la conduite d’essais cliniques pour une dizaine de médicaments génériques et ce sur une période d’au moins cinq années – ces essais litigieux remettent en cause la fiabilité des travaux qui ont permis à la société indienne d’obtenir des autorisations de mise sur le marché (AMM) pour le compte des fabricants. Alertée, l’agence européenne du médicament (EMA) a recommandé le retrait de la commercialisation de ces produits dans un communiqué mis en ligne le 23 janvier*. D’autres génériques pourraient être concernés.
De plus en plus d’essais cliniques (62 % pour la période 2005-2011) se font en dehors de l’UE (Union Européenne), même lorsqu’il s’agit de médicaments issus de la recherche européenne et destinés aux marchés européens. Pour des raisons de coûts et de rapidité de développement cette tendance va encore s’accentuer. Une situation qui compromet l’avenir de la recherche clinique indépendante et l’accès des patients européens aux meilleurs traitements en cours de développement.
L’Association Française des entreprises de la recherche clinique et épidémiologique (AFCROs) alerte sur les conséquences de cette concurrence. Elle s’interroge sur la pertinence d’une transposition des résultats, le profil des participants retenus dans les cohortes étant éloigné du profil des populations européennes en termes d’âge, de co-morbidité et d’exposition aux maladies. L’AFCRO attire aussi l’attention sur les pratiques déontologiques discutables de certaines recherches.
Pour pallier de tels dysfonctionnements l’AFCROs plaide pour un minimum de 50% de patients issus de l’Union européenne dans chaque essai clinique. Cette proposition fait par partie des 7 mesures préconisées par l’AFCROs ; « Il est logique que dans le cadre d’un enregistrement régional la majorité des patients viennent de la région considérée. » argumente Denis Comet, président de l’AFCROs qui estime que ce changement simple devrait être imposé  en France par les agences d’enregistrement et en Europe par l’EMA. Cette mesure apporterait des bénéfices réels pour les malades avec davantage de patients inclus donc davantage d’accès à des nouveaux traitements. Et pour l’Etat la relocalisation européenne de la recherche clinique serait synonyme d’activités nouvelles et de rentrées fiscales supplémentaires. 
A propos de l’AFCROs
L’AFCROs (Association Française des entreprises de la recherche clinique et épidémiologique) représente un peu plus de 5 000 experts et collaborateurs, soit 70% de l’activité de recherche clinique et épidémiologique externalisée en France. Depuis sa création il y a onze ans, l’AFCROs œuvre sans relâche pour développer la qualité et l’attractivité de la recherche clinique et épidémiologique Française. Sa mission : préserver l’emploi des collaborateurs Français, montrer et démontrer le haut degré de professionnalisme des sociétés d’études françaises et défendre les intérêts des professionnels du secteur et des patients pour une recherche éthique et responsable.
L’AFCROs est partie prenante de la 2ème Conférence européenne sur la Recherche Clinique (3-4 février à Paris)
*http://www.ema.europa.eu/docs/en_GB/document_library/Press_release/2015/01/WC500180902.pdf

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”