Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Grand Nancy Défi’b : les « SVP » Sauveteurs Volontaires de Proximité

300 Sauveteurs Volontaires de Proximité se sont d'ores et déjà engagés dans le programme « Agissons contre l'arrêt cardiaque » mené par l'association Grand Nancy Défi'b depuis deux ans. Dans 4 des 19 communes du Grand Nancy participantes, les « SVP » sont en mesure d'intervenir auprès des victimes d'arrêt cardiaque. Un nouveau maillon de la chaîne de secours indispensable pour augmenter les chances de survie. Explications...

300 Sauveteurs Volontaires de Proximité se sont d’ores et déjà engagés dans le programme « Agissons contre l’arrêt cardiaque » mené par l’association Grand Nancy Défi’b depuis deux ans. Dans 4 des 19 communes du Grand Nancy participantes, les « SVP » sont en mesure d’intervenir auprès des victimes d’arrêt cardiaque. Un nouveau maillon de la chaîne de secours indispensable pour augmenter les chances de survie. Explications.

Les Sauveteurs Volontaires de Proximité sont aussi bien des habitants que des agents de la fonction publique territoriale. Formés et disposant d’un défibrillateur automatisés externes, ils peuvent :
– intervenir spontanément s’ils voient une personne s’effondrer,
– être alertés par le 15 sur des temps de permanences planifiées pour intervenir avant l’arrivée des secours prévenus simultanément. Le délai optimum visé est de 5 minutes grâce à un maillage fin du territoire.
Ces « SVP » partagent le matériel et les permanences sur une zone géographique infra communale (le quartier) et constituent un mini réseau de proximité utilisant à tour de rôle le même défibrillateur : une vigilance nécessaire lorsque l’on sait que 80% des accidents cardiaques se produisent plutôt dans la sphère privée et majoritairement la nuit.

Les Sauveteurs Volontaires de Proximité représentent le 3e maillon de la chaîne de survie : l’alerte correcte, le massage cardiaque précoce, la défibrillation précoce et la réanimation spécialisée. Un nouveau maillon en place depuis le 4 mai 2009 sur les communes de Essey-lès-Nancy, Houdemont, Pulnoy et Saint-Max grâce à la remise de 15 défibrillateurs par le Crédit Mutuel.

Le lancement de la permanence réelle des SVP a été précédé, dans chaque commune, par des reconstitutions minutieuses de l’ensemble du dispositif : de l’appel au 15, à l’arrivée du Sauveteur Volontaire de Proximité, de la pose du défibrillateur, à la venue des pompiers en terminant par l’équipe du SAMU. L’occasion unique pour le public de mesurer la nécessaire précision et maîtrise des gestes en situation d’urgence. Des exercices complétés par les analyses critiques et les explications pédagogiques du Dr Stéphane Albizzati du SAMU/SMUR et de Jean-Michel Kleffert directeur du Centre d’Enseignement des Soins d’Urgence du CHU de Nancy.

Ces simulations grandeur nature font suite à plus d’un an de réunions publiques dans les communes pour exposer le projet et recruter des volontaires. Elles se poursuivent encore sur les quartiers de Nancy avec Sylvie Robert directrice de projet Santé – Handicap de la Communauté urbaine du Grand Nancy et soutenues par Valérie Lévy-Jurin, conseillère communautaire déléguée à la santé du Grand Nancy.

En France, chaque année, le nombre de morts subites attribuables à un arrêt cardiaque est de 50 000 et seulement 3% d’entre elles sont sauvées sans séquelles neurologiques. C’est pourquoi tous les acteurs de Grand Nancy Défi’b (la Communauté urbaine du Grand Nancy, les communes signataires de la Charte du coeur, le CHU de Nancy et les organismes de formation – l’Union Départementale des Sapeurs Pompiers 54, l’association départementale de la Croix Rouge de Meurthe et Moselle, l’association départementale de Protection Civile de Meurthe et Moselle, le Centre d’Enseignement des Soins d’Urgence du CHU de Nancy) et son président le Pr Etienne Aliot, chef du département des Maladies cardio-vasculaires du CHU de Nancy, poursuivent leurs actions de sensibilisation pour l’amélioration progressive du pronostic de l’arrêt cardiaque au sein du Grand Nancy..

Pour suivre la formation de Sauveteur Volontaire de Proximité, un numéro de téléphone : 06 74 112 112

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.