Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Greffes : 19 établissements de Picardie relèvent le défi

Pour accroître les prélèvements d'organes, le CHU d'Amiens Picardie et 11 établissements* publics et privés de Picardie ont signé une convention de coopération, le 10 février 2009. L'accord prévoit un recensement plus exhaustif des donneurs potentiels et une parfaite coordination entre équipes. Objectifs : augmenter le nombre de greffes et optimiser les interventions.

Pour accroître les prélèvements d’organes, le CHU d’Amiens Picardie et 11 établissements* publics et privés de Picardie ont signé une convention de coopération, le 10 février 2009. L’accord prévoit un recensement plus exhaustif des donneurs potentiels et une parfaite coordination entre équipes. Objectifs : augmenter le nombre de greffes et optimiser les interventions.

Le manque de donneurs : principal obstacle à la greffe
Cette technique médicale de mieux en mieux maîtrisée entraîne naturellement une augmentation des besoins. Aujourd’hui, on greffe avec succès six organes différents : le rein, le foie, le coeur, les poumons, le pancréas et des parties de l’intestin. En 2007, 4 666 organes ont été greffés. Mais malgré la hausse régulière des prélèvements (+54% depuis 2000), les besoins sont loin d’être couverts.
Du nouveau-né à la personne âgée, toutes les tranches d’âge peuvent être concernées. La décision de greffer est prise au cas par cas par le médecin en fonction de l’évolution de la maladie, de l’efficacité des traitements et l’état de santé général du malade. A chaque fois qu’un greffon est disponible, il est attribué en priorité aux malades répondant à des critères d’urgence. Actuellement, les 13 000 patients inscrits sur liste d’attente attendent plusieurs mois, voire des années. Même si la chaîne de prélèvements et de greffe se perfectionne, 227 patients sont décédés en 2007 faute d’avoir reçu un greffon à temps.

Aujourd’hui, près d’un prélèvement possible sur trois est refusé, le plus souvent par les familles qui ne connaissent pas la volonté du défunt. Face à ce constat, la coopération inter-établissements a pour but de favoriser le prélèvement à l’échelle régionale. Le prélèvement de nouveaux profils de donneurs (donneurs vivants, donneurs décédés après arrêt cardiaque) et la lutte contre les refus «par précaution» étant les deux principaux leviers pour combler le déficit d’organes.

* Les 12 établissements signataires au 10 février 2009 : le CHU d’Amiens, les CH d’Abbeville, de Beauvais, Chauny, Clermont, Compiègne, Creil, Doullens, Hirson, Laon, Senlis et Saint-Quentin.
7 établissements devraient les rejoindre prochainement : Château-Thierry, Montdidier, Noyon, Péronne, Soissons, Clinique Pauchet et Polyclinique de Picardie.

Les principales étapes du prélèvement à la greffe : une course contre la montre*
Un donneur potentiel décède → les organes sont maintenus artificiellement en état de fonctionnement → la famille témoigne que le défunt n’était pas opposé au don de ses organes → le sang et les organes du donneur sont analysés pour définir la compatibilité avec un receveur → dès que les organes sont attribués, l’équipe de coordination du prélèvement orchestre le transport des greffons et l’opération chirurgicale → les organes du donneur sont prélevés. Aucune trace de l’opération n’est apparente. En moyenne, entre le prélèvement et la greffe, il ne faut pas dépasser : 3/4 heures pour un coeur, 12 à 18 heures pour un foie, 6 à 8 heures pour un poumon et 24 à 36 heures pour un rein → les organes, placés dans des glacières à 4°C sont transférés par le moyen de transport le plus rapide → les chirurgiens procèdent à la greffe.

*Source : agence de biomédecine

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”