Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Grippes : L’AP-HP se mobilise pour protéger personnels et patients

Les professionnels de santé étant les premiers exposés aux virus de la grippe, l'AP-HP a lancé auprès de son personnel une importante campagne de vaccination contre la grippe saisonnière et H1N1. La mobilisation a débuté le 9 septembre 2009. Elle est soutenue par un plan de communication qui rappelle par voie d'affichage et de dépliants les mesures simples de prévention. Ces conseils sont également repris dans un film de sensibilisation réalisé à l'attention des agents.

Les professionnels de santé étant les premiers exposés aux virus de la grippe, l’AP-HP a lancé auprès de son personnel une importante campagne de vaccination contre la grippe saisonnière et H1N1. La mobilisation a débuté le 9 septembre 2009. Elle est soutenue par un plan de communication qui rappelle par voie d’affichage et de dépliants les mesures simples de prévention. Ces conseils sont également repris dans un film de sensibilisation réalisé à l’attention des agents.

Ce documentaire est le fruit d’une collaboration avec le service de Pneumologie et Réanimation (Pr Similowski) et de l’Equipe Opérationnelle d’Hygiène (Dr Robert) du Groupe hospitalier Pitié-Salpêtrière.

Protéger les personnels, c’est aussi protéger les patients et leurs proches mais aussi permettre d’assurer la continuité de l’activité des soins
Dans son avis du 7 septembre dernier relatif aux priorités sanitaires d’utilisation des vaccins pandémiques dirigés contre le virus grippal A(H1N1), le Haut comité de Santé recommande que « soient vaccinés en priorité, les personnels de santé, médico-sociaux et de secours, en commençant par ceux qui sont amenés à être en contact fréquent et étroit avec des malades grippés ou porteurs de facteurs de risque. »

Cette année, sachant qu’un délai de 3 semaines entre les deux vaccinations doit être respecté, le calendrier vaccinal a été avancé d’un mois pour concorder avec l’arrivée à la mi-octobre des vaccins contre la grippe A H1N1.

Par ailleurs, dans le contexte d’une pandémie grippale par le virus H1N1, le recours à des moyens simples de protection permet également de limiter la propagation des virus. La transmission de la grippe se fait essentiellement par voie aérienne (toux, éternuements, postillons) et également manuportée directe ou indirecte (contact avec les mains d’une personne porteuse du virus ou les objets manipulés par elle). Outre la vaccination, lutter contre la transmission du virus implique de protéger les contacts avec une personne malade grâce au port d’un masque et de se laver les mains régulièrement au savon et/ou avec une solution hydro-alcoolique.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.