Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Grosses jambes post phlébitiques : un traitement innovant

Pathologie fréquente, appelée aussi thrombophlébite ou thrombose veineuse, la phlébite est un trouble cardiovasculaire qui correspond à la formation d’un caillot de sang dans une veine des jambes. Ce caillot bloque le flux sanguin dans la veine. Quand il se loge dans les veines du mollet un traitement évitera toute complication majeure. Mais son efficacité est limitée sur les veines fémorales ou iliaques. Pour renforcer la circulation sanguine, le service de Radiologie Interventionnelle Vasculaire et Oncologique de l’Hôpital Européen Georges Pompidou a mis au point un nouveau traitement : la re-canalisation. Explications…

Pathologie fréquente, appelée aussi thrombophlébite ou thrombose veineuse, la phlébite est un trouble cardiovasculaire qui correspond à la formation d’un caillot de sang dans une veine des jambes. Ce caillot bloque le flux sanguin dans la veine. Quand il se loge dans les veines du mollet un traitement évitera toute complication majeure. Mais son efficacité est limitée sur les veines fémorales ou iliaques. Pour renforcer la circulation sanguine, le service de Radiologie Interventionnelle Vasculaire et Oncologique de l’Hôpital Européen Georges Pompidou a mis au point un nouveau traitement : la re-canalisation. Explications…

La re-canalisation des veines iliaques ou fémorales se fait de manière peu invasive, par radiologie interventionnelle et par voie percutanée, au moyen de petits guides, ballons de dilatation et stents (ressorts métalliques posés après dilatation). Le guidage se fait sous contrôle radiologique. Le ballon gonflé grâce à une seringue équipée d’un manomètre permet de glisser le stent qui maintient l’élargissement. Le ballon peut être retire et l’ouverture ainsi obtenue améliore le flux circulatoire dans la veine. L’intervention se déroule sous anesthésie locale au cours d’un séjour en hôpital de jour. Avec cette méthode on parvient à réduire les symptômes de près de 90% des patients, qui soulagés peuvent reprendre leurs activités sociales et professionnelles.

Mieux connaître la phlébite
Les phlébites surviennent même chez des patients très jeunes, le cas typique étant une jeune femme ayant eu une phlébite sous pilule qui va garder des séquelles veineuses. La fréquence de cette pathologie rencontrée chez un grand nombre de patients a des retentissements sur leur qualité de vie sociale et professionnelle.
Les facteurs de risque sont bien identifiés : une longue immobilisation, certains actes chirurgicaux, le tabac ou certaine contraception orale mais cette pathologie peut aussi survenir sur des terrains tout à fait normaux Le diagnostic est suspecté sur des douleurs du mollet accompagnées d’un gonflement modéré et d’une petite fièvre. Il est confirmé grâce à un examen d’imagerie médicale : l’écho Doppler.

Le traitement repose sur des anticoagulants en injection avec un relais oral pendant plusieurs semaines, associé à une contention par des bas élastiques. Il aide à la ré-perméabilisation de la veine bouchée par le caillot sanguin Ce traitement permet également d’éviter une complication majeure qui peut être mortelle: l’embolie pulmonaire.
Si les veines du mollet se ré-perméabilisent souvent, il n’en est pas de même pour des veines plus larges comme les veines fémorales et iliaques situées à l’entrée et dans le bassin. Chez la moitié des patients, ces veines sont partiellement recanalisées, avec des parois épaissies, des résidus fibreux ce qui entraîne des troubles secondaires d’une gravité variable. S’ils sont le plus souvent modestes : simples veines saillantes sous la peau ou lourdeurs de jambe, ces séquelles peuvent être plus invalidantes. Ainsi, un œdème de la jambe, des douleurs ou des ulcères veineux risquent d’apparaître après quelques mois ou années d’évolution. D’où l’intérêt d’une re-canalisation.

D’après un article publié dans le webzine de l’AP-HP le 22 mai 2013

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.