Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Implantation cochléaire bilatérale simultanée chez l’enfant : une 1ère en Lorraine

Une implantation cochléaire bilatérale simultanée a été réalisée par l’unité ORL pédiatrique du CHU de Nancy dirigée par le Dr Laurent Coffinet, fin mai 2013 au bloc opératoire de l’Hôpital d’Enfants. Atteint d’une surdité congénitale sévère à profonde bilatérale (touchant les deux oreilles), c’est un enfant de 2 ans qui en a bénéficié. Cette première régionale s’est déroulée dans d’excellentes conditions avec des suites simples. Les tests électrophysiologiques per opératoires ont montré un bon fonctionnement des 2 implants et des réponses des 2 nerfs auditifs efficaces. L'enfant a pu retrouver son domicile 2 jours après l’intervention.

Une implantation cochléaire bilatérale simultanée a été réalisée par l’unité ORL pédiatrique du CHU de Nancy dirigée par le Dr Laurent Coffinet, fin mai 2013 au bloc opératoire de l’Hôpital d’Enfants. Atteint d’une surdité congénitale sévère à profonde bilatérale (touchant les deux oreilles), c’est un enfant de 2 ans qui en a bénéficié.  Cette première régionale s’est déroulée dans d’excellentes conditions avec des suites simples. Les tests électrophysiologiques per opératoires ont montré un bon fonctionnement des 2 implants et des réponses des 2 nerfs auditifs efficaces. L’enfant a pu retrouver son domicile 2 jours après l’intervention.
Réalisée au CHU de Nancy, Centre référent régional dans la pose des implants cochléaires, cette opération est une 1ère en Lorraine, car jusqu’à présent elle se pratiquait en 2 interventions espacées d’au moins 6 mois.
Les avantages de l’implantation bilatérale
1 seule intervention donc une durée totale d’opération plus courte, un plus grand confort pour l’enfant, des réglages plus simples, une stimulation du cortex auditif plus proche de la normale, autorisant une réhabilitation optimisée de l’audition des deux oreilles, pour une véritable perception stéréophonique de l’enfant.
Réalisée suffisamment tôt et associée à une rééducation adaptée intensive, l’implantation bilatérale donne à l’enfant la possibilité d’accéder à des compétences langagières (compréhension et expression à l’oral et plus tard à l’écrit) semblables à celle des enfants normo entendants de même niveau cognitif, à âge identique. Elle améliore les performances langagières et l’intelligibilité (capacité de comprendre la parole) meilleure dans le bruit (en milieu scolaire par exemple) ainsi que la capacité de localiser l’origine d’un son dans l’espace.
Cette première régionale s’est déroulée dans d’excellentes conditions avec des suites simples. Les tests électrophysiologiques per opératoires ont montré un bon fonctionnement des 2 implants et des réponses des 2 nerfs auditifs efficaces.
Le contrôle clinique à J+8 est parfait, sans aucune complication, ni effets secondaires. Dans les prochaines semaines, la partie externe de l’implant sera mise en place et les premiers réglages seront réalisés par l’équipe d’audiophonologie du service ORL du CHU sous la responsabilité du Dr Bettina Montaut-Vérient, équipe qui a réalisé le bilan pré implant de l’enfant.
L’activité d’implantation cochléaire de l’enfant a débuté en 2001 au CHU de Nancy. Elle bénéficie d’un agrément spécifique délivré par le ministère de la santé imposant qu’elle soit réalisée par des opérateurs expérimentés pratiquant la chirurgie otologique infantile régulièrement. En France, l’implantation bilatérale n’est pas systématique à la différence de ses voisins européens (Royaume-Uni, Allemagne, Belgique ou encore Italie). L’implant dont le coût s’élève à 22 000 € (16 000 pour la partie interne mise en place chirurgicalement et 6 000 pour la partie externe) est entièrement pris en charge par la Sécurité sociale.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.