Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Incontinence urinaire chez l’homme : 1ère implantation d’un sphincter urinaire artificiel par voie laparoscopique

Pour traiter l’incontinence urinaire, une équipe toulousaine a mis au point une nouvelle technique : l’implantation par voie laparoscopique des trois composants du sphincter urinaire artificiel à savoir la manchette en péri-prostatique, le réservoir en intra-abdominal et la pompe en intra-scrotal. Le premier bénéficiaire au monde a été un patient paraplégique complet souffrant une incontinence urinaire sévère. L’intervention s’est déroulée le 11 octobre 2005.

Pour traiter l’incontinence urinaire, une équipe toulousaine a mis au point une nouvelle technique : l’implantation par voie laparoscopique des trois composants du sphincter urinaire artificiel à savoir la manchette en péri-prostatique, le réservoir en intra-abdominal et la pompe en intra-scrotal. Cette nouvelle approche a été développée par le Docteur Xavier Gamé et le Professeur Pascal Rischmann, service d’Urologie du CHU de Toulouse. Le premier bénéficiaire au monde a été un patient paraplégique complet souffrant une incontinence urinaire sévère. L’intervention s’est déroulée le 11 octobre 2005. Cette intervention a été effectuée au travers de 4 orifices de trocart mesurant respectivement 5mm, 5mm, 10mm et 10mm. Aucun muscle n’a été sectionné ou rétracté. Le patient a pu reprendre ses transferts le lendemain de l’intervention et a pu déambuler dès le deuxième jour post-opératoire et reprendre rapidement ses activités de loisirs et professionnelles habituelles.

L’autre intérêt de la voie laparoscopique
est la qualité de la dissection et notamment du passage rétro-prostatique qui en chirurgie ouverte se faisait à l’aveugle et qui sous laparoscopie est réalisé entièrement sous contrôle de la vue et est donc beaucoup plus précis.
Cette première a été publiée dans Urology en 2009 [1]
Pose de sphincter : les limites de la chirurgie ouverte
Un des traitements de l’incontinence urinaire de l’homme est la mise en place d’un sphincter urinaire artificiel qui peut être placé soit autour de l’urèthre bulbaire, en cas d’incontinence d’urine après chirurgie prostatique ou traitement physique du cancer de la prostate, soit autour du col vésical ou de la prostate, chez les patients ayant une incontinence urinaire d’origine neurologique [2]. Dans ce dernier cas, la mise en place du sphincter artificiel imposait une chirurgie ouverte, par laparotomie, qui avait pour conséquence une durée d’hospitalisation prolongée et surtout empêchait une reprise des activités physiques pendant plusieurs semaines voire plusieurs mois, posant problème chez des patients à mobilité réduite, en fauteuil roulant, ne pouvant alors plus faire leurs transferts, perdant temporairement en autonomie et était responsable d’une perte des forces musculaires. De ce fait, ces patients nécessitaient fréquemment un séjour en centre de rééducation fonctionnelle au décours de leur hospitalisation.
1 Gamé X, Bram R, Abu Anz S, Doumerc N, Guillotreau J, Malavaud B and Rischmann P. Laparoscopic insertion of artificial periprostatic urinary sphincter. Urology 2009;73:442 e1-3.
2 Chartier-Kastler E, Ayoub N, Richard F and Ruffion A. Chirurgie prothétique de l’incontinence urinaire d’effort par insuffisance sphinctérienne neurologique. Prog Urol 2007;17:600-8.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.