Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Infections ostéo-articulaires complexes : Lyon centre de référence

Poursuivant la lutte contre les infections nosocomiales (programme national 2005-2008), la Direction de l'Hospitalisation et de l'Organisation des Soins (DHOS) a maillé le territoire français de centres de référence dans la lutte contre les infections ostéo-articulaires complexes. Proposé par l'ARH Rhône Alpes, le CHU de Lyon est devenu, le 25 septembre 2008, le siège du « Centre Interrégional Rhônes-Alpes Auvergne de coordination pour la prise en charge des infections ostéo-articulaires complexes ». Ce centre est rattaché au Groupement Hospitalier Nord, dans le service des maladies infectieuses et tropicales.

Poursuivant la lutte contre les infections nosocomiales (programme national 2005-2008), la Direction de l’Hospitalisation et de l’Organisation des Soins (DHOS) a maillé le territoire français de centres de référence dans la lutte contre les infections ostéo-articulaires complexes. Proposé par l’ARH Rhône Alpes, le CHU de Lyon est devenu, le 25 septembre 2008, le siège du « Centre Interrégional Rhônes-Alpes Auvergne de coordination pour la prise en charge des infections ostéo-articulaires complexes ». Ce centre est rattaché au Groupement Hospitalier Nord, dans le service des maladies infectieuses et tropicales.

Pour être retenu comme siège, le CHU de Lyon a satisfait les critères très sélectifs de la DHOS. Les équipes de son service des maladies infectieuses et tropicales sont capables d’une prise en charge rapide et pluridisciplinaire. Elles disposent d’une expertise et sont en mesure de réunir autour du patient toutes les compétences nécessaires. Enfin, avec 512 séjours liés au traitement d’infections ostéo-articulaires en 2007, elles affichent un niveau d’activité nettement supérieur à la moyenne exigée.

Une organisation pluridisciplinaire est en place depuis 18 mois : les dossiers des patients sont examinés dans le cadre de réunions de plusieurs spécialistes, une procédure identique à celle mise en oeuvre dans le cadre du Plan Cancer (Réunion de Concertation Pluridisciplinaire). Pour cette mission interrégionale, le Centre de coordination des Hospices Civils de Lyon (HCL) s’appuie. sur 4 autres établissements de l’interrégion Rhône-Alpes Auvergne : les CHU de Grenoble, Clermont-Ferrand et Saint-Etienne et le Centre Hospitalier de la Région d’Annecy. Les HCL font ainsi partie des 8 premiers Centres de coordination retenus dès 2008 sur la dizaine qui seront reconnus en France d’ici la fin de l’année 2009.

Définition
une infection ostéo-articulaire nosocomiale est une complication qui peut survenir dans le cadre d’interventions chirurgicales. Elle nécessite des traitements longs et coûteux et est souvent responsable de lourdes séquelles. Les infections ostéo-articulaires complexes associées aux soins recouvrent essentiellement les infections sur prothèse ou sur matériel d’ostéosynthèse et les infections post-traumatiques (fractures ouvertes). Ces infections peuvent mettre en jeu le pronostic vital, mais plus souvent le pronostic fonctionnel. Leur prise en charge est complexe et fait appel à plusieurs spécialités : chirurgiens (orthopédique et plastique), bactériologistes, infectiologues, radiologues et autres spécialistes de l’imagerie médicale (scintigraphie…), anesthésistes, rééducateurs fonctionnels et rhumatologues. Chaque année, 2000 à 2500 cas d’infection ostéo-articulaire sont diagnostiqués en France.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”