Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

La chronicité de l’hépatite E découverte par des équipes du CHU

Jusqu'à présent la communauté scientifique pensait que l'hépatite E aiguë ne se transformait pas en hépatite chronique ni en cirrhose. Or, une équipe du CHU de Toulouse vient de démontrer l'évolution possible vers la chronicité de l'hépatite E dans une population de malades transplantés d'organes.

Jusqu’à présent la communauté scientifique pensait que l’hépatite E aiguë ne se transformait pas en hépatite chronique ni en cirrhose. Or, une équipe du CHU de Toulouse vient de démontrer l’évolution possible vers la chronicité de l’hépatite E dans une population de malades transplantés d’organes.

L’hépatite est une maladie inflammatoire du foie qui peut être provoquée par une série de virus distincts tels que ceux de l’hépatite A, B, C, D ou E. Ce virus est responsable d’épidémies d’hépatites aiguës dans les pays en voie de développement et de nombreuses infections en Europe et aux Etats-Unis.

En France, la région Midi-Pyrénées semble être particulièrement touchée (la séroprévalence de l’hépatite E chez les donneurs de sang est de près de 17% contre uniquement 3% dans la région Ile de France). La transmission de l’infection par le virus de l’hépatite E se fait comme pour celui de l’hépatite A essentiellement par voie oro-fécale. Il était admis jusqu’à ce jour, que l’infection par ce virus était bénigne et que l’hépatite E aiguë n’évoluait pas vers l’hépatite chronique et la cirrhose.

Une découverte issue d’une collaboration multidisciplinaire au CHU de Toulouse
Or, l’équipe de Néphrologie, Dialyse, et Transplantation Multi-Organes du CHU de Toulouse (Dr N.KAMAR, Pr L.ROSTAING, Pr D.DURAND) en collaboration avec l’équipe de Virologie (Pr J.IZOPET) du CHU de Toulouse vient de démontrer la possibilité d’évolution vers la chronicité de l’hépatite E dans une population de malades transplantés d’organes.

Entre janvier 2004 et décembre 2006, 14 cas d’infection aiguë par le virus de l’hépatite E ont été identifiés chez des transplantés rénaux, hépatiques et rein-pancréas. Parmi ces 14 patients, 8 ont évolué vers la chronicité, développant ainsi une hépatite chronique E qui pourra à son tour évoluer vers la cirrhose. Ce passage vers la chronicité peut être expliqué par l’immunodépression induite chez ces transplantés pour éviter les phénomènes de rejet.

Du fait de son importance, ce travail a été sélectionné pour communication orale en session plénière au congrès américain de Transplantation à San Francisco au mois de mai 2007 et a été publié le 21 Février 2008 dans la plus prestigieuse des revues de médecine, le « New England Journal of Medicine ».

Les équipes de Néphrologie et Transplantation d’Organes d’une part, et de Virologie d’autre part, qui ont déjà effectué de nombreux travaux dans le domaine des infections virales après transplantation d’organes, mènent actuellement des travaux complémentaires au CHU de Toulouse en association avec les unités INSERM pour identifier l’incidence de cette pathologie et son évolution à long terme.

Contact : Docteur N. Kamar : 05 61 32 26 84

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.