Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

La Réunion : en déficit de 35M€, le CHU voit ses comptes certifiés et pourrait engager un plan de redressement

En 2016, le déficit du CHU de la Réunion s’est creusé, -35,3 M € contre - 20,2 M € en 2015 soit 5,21 % sur un budget total de 676,2 M €. Pour sortir du rouge, le CHU a adopté un plan stratégique de redressement qui sera présenté en septembre 2017 au Comité interministériel de performance et de modernisation hospitalière (COPERMO). Mais le passage obligé restait la certification des comptes qui n'avait pu être menée à bien en 2015. Son obtention en 2017 représente donc "une excellente nouvelle", pour Lionel Calenge, nouveau directeur général. Désormais l’avenir de l’établissement se construit selon des règles de transparence et de maîtrise des coûts.
En 2016, le déficit du CHU de la Réunion s’est creusé, -35,3 M € contre – 20,2 M € en 2015 soit 5,21 % sur un budget total de 676,2 M €. Pour sortir du rouge, le CHU a adopté un plan stratégique de redressement qui sera  présenté en septembre 2017 au Comité interministériel de performance et de modernisation hospitalière (COPERMO). Mais le passage obligé restait la certification des comptes qui n’avait pu être menée à bien en 2015. Son obtention en 2017 représente donc "une excellente nouvelle", pour Lionel Calenge, nouveau directeur général. Désormais l’avenir de l’établissement se construit selon des règles de transparence et de maîtrise des coûts.
Dans un communiqué en date du 12 juillet, le CHU explique son déficit par des facteurs « exogènes » relatifs aux missions spécifiques du CHU de La Réunion et qui se traduisent par surcoûts évalués à 19 M€ et des facteurs de gestion qui appellent un plan d’actions 2017-2021 de manière à agir tant sur les dépenses que sur les recettes du CHU. L’objectif étant de générer des économies en optimisant les achats et prescriptions et en orientant son développement dans le cadre d’une politique de performance de ses organisations et activités médicales.
En 2016, le CHU a enregistré une progression de l’activité moins forte que les années précédentes avec des entrées en légère baisse par rapport à 2015 (-1,09%) et une faible évolution du nombre de journées +0,58%. Quant au taux d’occupation bien qu’augmentant d’1 point (86%), il reste inférieur aux années précédentes où il se situait entre 2 et 3 points par an. De plus, le changement de tarification des assurés sociaux de Mayotte a un impact important sur la baisse des recettes (- 9,5M€).
Aujourd’hui, la maîtrise des dépenses passe aussi par le respect du protocole de sortie de grève adopté le 15 mars à savoir, pas de suppression nette de poste mais une réorientation des départs à la retraite sur les priorités du projet médical et secteurs en développement d’activité, la limitation des dépenses de titre 2, la poursuite des actions relatives au plan achat, la conduite de réflexions pour le projet médical, la construction d’une trajectoire de retour à l’équilibre pour le premier passage en COPERMO. Ces actions décidées et mises en place au second semestre 2016, leurs effets n’ont presque été pas perceptibles en 2016.
Le plan d’investissement a été revu à la baisse, tout en préservant les actions relatives à la sécurité et la qualité des soins. Il s’élève à 290 M€ jusqu’en 2023 dont près de 150 M€ au titre des opérations majeures (livraison des nouveaux bâtiments des sites Nord en 2017 et Sud en 2021). Les investissements pour les équipements biomédicaux représentent 44 M€ et ceux relatifs aux systèmes d’informations 39 M€. La mise en œuvre de ces opérations et en particulier la livraison de l’opération de restructuration immobilière du sud fait l’objet d’un dossier qui sera soumis au COPERMO de septembre 2017 au cours duquel l’accompagnement financier de 50M€ demandé par le CHU sera étudié.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.