Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Le centre de sénologie

Le CHU de Poitiers vient de se doter d'un mammotome, équipement de pointe autour duquel va s'organiser le centre de sénologie. C'est dans un environnement privilégié et moderne que s'effectuera d'abord le dépistage du cancer du sein. Par cette acquisition le CHU de Poitiers conforte sa vocation de pôle régional de cancérologie en offrant aux patientes un diagnostic rapide et précis des anomalies mammaires.

Le CHU de Poitiers vient de se doter d’un mammotome, équipement de pointe autour duquel va s’organiser le centre de sénologie. C’est dans un environnement privilégié et moderne que s’effectuera d’abord le dépistage du cancer du sein. Par cette acquisition le CHU de Poitiers conforte sa vocation de pôle régional de cancérologie en offrant aux patientes un diagnostic rapide et précis des anomalies mammaires.

Cette année, près de 200 femmes bénéficieront de cette avancée. L’examen se déroule en 30 minutes environ : Le radiologue localise d’abord la lésion puis pratique une incision pour introduire l’aiguille. La zone concernée est aspirée pour obtenir les échantillons qui permettront d’établir le diagnostic. Les résultats sont disponibles en 10 jours. De nombreux actes chirurgicaux inutiles sont ainsi évités.

Le centre réalise aussi des mammographies, des échographies, et toute la sénologie interventionnelle (microbiopsies sous échographie, repérage etc….

Le centre de sénologie a ouvert ses portes en décembre 2004. Une convention pour l’utilisation partagée de l’équipement avec le secteur privé est en cours de négociation.
Coût de l’équipement : 275 000 euros
Travaux d’aménagement : 70 000 euros

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”