Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

« Légère amélioration » mais l’état de santé de Michaël Schumacher demeure fragile

Hospitalisé au Centre Hospitalier Universitaire de Grenoble le 29 décembre, suite à un accident de ski survenu à Méribel en fin de matinée, Michaël Schumacher souffrait à son arrivée d'un traumatisme crânien grave avec coma. Son état a nécessité une intervention...

Hospitalisé au Centre Hospitalier Universitaire de Grenoble le 29 décembre, suite à un accident de ski survenu à Méribel en fin de matinée, Michaël Schumacher souffrait à son arrivée d’un traumatisme crânien grave avec coma. 
Son état a nécessité une intervention neurochirurgicale le jour même. L’établissement organisait le lendemain une première conférence de presse au cours de laquelle les Professeurs Stephan Chabardes, neurochirurgien et François Payen, chef du pôle d’anesthésie-réanimation faisaient état de lésions crâniennes "diffuses et sérieuses", précisant que le pronostic vital septuple champion du monde de Formule 1 était engagé.

Lundi soir une deuxième opération était décidée afin d’évacuer un hématome au cerveau.
Le 31 décembre, lors d’une seconde conférence de presse, les médecins annonçaient une " légère amélioration" et un meilleur contrôle de l’état de santé de Michael Schumacher. L’équipe a bien précisé que Michaël Schumacher n’était "pas hors de danger", qu’il demeurait dans un "état critique" et "fragile". Le scanner de contrôle montrait mardi matin que l’évacuation de l’hématome était "correcte et satisfaisante", a indiqué le Pr Jean-François Payen. "Toujours placé en hypothermie, Mikaël Schumacher est maintenu sous coma artificiel." Aucun transfet n’est envisagé.
Dans sa dépêche du 31 décembre l’AFP ajoute que, "Présent au "titre d’ami" depuis dimanche au CHU de Grenoble, le Pr Gérard Saillant, qui dirige aujourd’hui l’Institut du cerveau et de la moëlle épinière, a appelé les nombreux journalistes venus du monde entier à "ne pas mettre de pression sur le monde médical". "Il ne faut pas se dire +c’est gagné+. Il faut se dire qu’il y a des hauts et des bas et que c’est un peu mieux qu’hier, que globalement sur 24 heures c’est un peu mieux qu’au début. Mais il faut rester réaliste", a-t-il insisté.
Skiant dans un secteur hors piste de Méribel (Savoie) Michaël Schumacher a percuté un rocher en pleine vitesse. Grièvement blessé à la tête malgré son casque, il a été transporté en urgence  au centre hospitalier de Moutier, puis transféré quelques heures après au CHU de Grenoble.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.