Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
60 rencontres, plus de 200 médecins conférenciers hospitaliers ou libéraux, plus de 10 000 auditeurs, tel est le prestigieux palmarès du pôle info-santé qui fête ses 10 ans en mai 2003.

60 rencontres, plus de 200 médecins conférenciers hospitaliers ou libéraux, plus de 10 000 auditeurs, tel est le prestigieux palmarès du pôle info-santé qui fête ses 10 ans en mai 2003.

Depuis 1993, le CHU de Poitiers et l’Espace Mendes France, centre de culture scientifique et technologique, organisent en ville des conférences sur la santé pour expliquer comment prévenir certaines pathologies ou comment les traiter. Pour le public, c’est l’occasion de rencontrer des médecins dans un lieu neutre où la relation est dédramatisée, de lui permettre de poser les questions qui, par omission ou timidité, ne sont pas abordées en consultation. Pour l’hôpital, c’est l’occasion de s’intégrer davantage dans la cité pour concrétiser la mission de prévention et d’éducation à la santé qui lui incombe.

Pour toutes ces raisons, mais aussi pour la qualité des échanges et la convivialité des relations, ces conférences sur la santé sont devenues le rendez-vous apprécié des poitevins : chaque thème est suivi par 200 personnes environ, principalement des femmes de 50 à 65 ans et des étudiants du secteur sanitaire qui trouvent là un précieux complément à leur formation.

Ils ont dit :
« Le pôle info-santé doit sa longévité à une approche simple, de proximité et pas trop médicalisée ! » Jean-Pierre Dewitte, Directeur général du CHU de Poitiers.

« Traduites en langue des signes, les conférences sont très importantes pour la communauté des sourds qui prennent ainsi connaissance des informations courantes diffusées à la télévision » Magali Menu, membre de l’Amicale des sourds anciens élèves de Poitiers-Larnay.

« Le pôle info-santé est un élément dans la ville qui contribue à apporter des informations importantes sur les grands problèmes de santé publique… Au même titre que certains spots télévisés, il entre dans le cadre des campagnes de sensibilisation ou de dépistage… »
Pr Guillaume Magnin, chef du service de gynécologie-obstétrique et médecine de la reproduction du CHU

« A ma grande surprise, ce n’est pas forcément de l’espoir que viennent chercher ici des gens qui souffrent depuis longtemps. Je pensais naïvement que les questions tourneraient essentiellement autour des nouveaux traitements, des solutions miracles. Non, en fait, ce que viennent chercher tous ces gens, c’est simplement de l’information. Je suis toujours surpris de constater à quel point ils ne connaissent rien de la maladie dont ils souffrent, ou dont souffrent leurs proches. » Hervé Brèque, journaliste, animateur des pôles info-santé depuis 1993.

Prochaines conférences :
jeudi 9 octobre 2003 : « la méningite »
jeudi 4 décembre 2003 : « la polyarthrite rhumatoïde »

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.