Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Les Hospices civils de Lyon mettent en place des consultations de cardio-oncologie

20% des patients atteints d’un cancer développent des complications cardiovasculaires, et ce chiffre augmente constamment. Face à cette situation, les Hospices Civils de Lyon ont réuni un réseau d’experts et mis en place des consultations de cardio-oncologie sur le Centre Hospitalier Lyon-Sud.

20% des patients atteints d’un cancer développent des complications cardiovasculaires, et ce chiffre augmente constamment. Face à cette situation, les Hospices Civils de Lyon ont réuni un réseau d’experts et mis en place des consultations de cardio-oncologie sur le Centre Hospitalier Lyon-Sud.
Les complications cardiovasculaires développées par 20% des patients atteints d’un cancer ont pour cause l’émergence de nouvelles thérapies potentiellement cardio-toxiques, mais aussi le fait que nous vivons plus longtemps et que les traitements contre le cancer sont plus efficaces. Par conséquent, les malades ont plus de risques de développer ou d’aggraver des effets indésirables cardio-vasculaires au long cours. Les Hospices Civils de Lyon ont donc décidé de mettre en place des consultations de cardio-oncologie sur le Centre Hospitalier Lyon-Sud.

La cardio-oncologie, une discipline médicale nouvelle

La cardio-oncologie consiste en une analyse cardiologique spécifique prenant en compte :
 Le terrain du patient atteint d’un cancer (existence d’une maladie cardiaque antérieure ? facteurs de risques tels qu’hypertension, tabagisme ?…)
 Les traitements à visée oncologique qui seront utilisés pour limiter la progression ou guérir la maladie (sachant que certaines chimiothérapies ou thérapies ciblées ont des toxicités connues, dépendant de la dose administrée). La plupart de ces complications ne nécessitent pas l’arrêt du traitement anti-cancéreux. L’expertise cardio-oncologique permet souvent d’éviter un arrêt prématuré du traitement anti-cancéreux. Le cardiologue et l’oncologue travaillent ensemble pour trouver un traitement adapté, permettant au patient de bénéficier pleinement des effets protecteurs des molécules responsables des effets secondaires.
Si un diagnostic précoce est établi et les mesures de protection cardiaque mises en place, la cardiotoxicité se stabilise dans la majorité des cas, voire régresse complètement. Un suivi cardiologique au long cours peut cependant être nécessaire.

Une consultation dédiée 

Les patients traités aux HCL pour leur cancer bénéficient de l’ensemble des traitements disponibles mais aussi, d’une prise en charge des complications liées au cancer. Suivant cette ligne de conduite, une consultation de cardio-oncologie a été mise en place à Lyon-Sud, pour l’instant réservée aux patients HCL (capacité de 30 patients par semaine) :
 Evaluation initiale du patient : appréciation des pathologies existantes et des facteurs de risques cardiovasculaires s’intégrant au type de cancer du patient et à ses traitements.
 Suivi des patients complexes et prise en charge des pathologies cardiovasculaires, en collaboration étroite avec les spécialités oncologiques (gynécologie, poumon, dermatologie, urologie, digestif) et hématologiques de l’hôpital et le réseau ImmuCare de gestion des toxicités liées aux immunothérapies.

Cinq lits supplémentaires

Pour répondre aux nouveaux besoins en santé de la population en cardiologie, le service de cardiologie de Lyon-Sud a renforcé ses capacités d’accueil en passant de 17 à 22 lits d’hospitalisation. Cette organisation effective depuis le début du mois de novembre permet notamment de prendre en charge les pathologies cardiovasculaires décompensées chez des patients suivis habituellement par les équipes d’oncologie et d’hématologie.

Un réseau d’experts

Au-delà de ces consultations au Centre Hospitalier Lyon-Sud et toujours dans le cadre d’une prise en charge HCL globale et optimisée du cancer et de ses complications, les HCL ont constitué un réseau de cardiologues référents, formés aux spécificités des patients en cancérologie et présents sur différents hôpitaux, afin de proposer un suivi rapproché des patients sur chaque site : Hôpital de la Croix-Rousse (cancers gynécologiques, ORL, digestif) ; Hôpital Edouard Herriot (digestif); Hôpital Louis Pradel (coeur / poumon) ; Hôpital Pierre Wertheimer (tumeurs du cerveau) ; Hôpital Femme Mère Enfant (cancers gynécologiques).
Les cardiologues du réseau travaillent également en étroite collaboration avec les oncogériatres des hôpitaux HCL, afin d’établir le programme de soins de patients âgés pluri-pathologiques, nécessitant un suivi spécifique.
L’objectif est à chaque fois de proposer une gestion optimale des pathologies et des traitements pour prévenir les décompensations et éviter les hospitalisations en urgence.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”