Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

L’état prévisionnel des recettes et des dépenses (EPRD) 2010 approuvé

Le budget de l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris qui s'élève à 6.5 milliards d'euros a été présenté avec un déficit prévisionnel de 94.5 millions d'euros, tous budgets confondus. Cet état prévisionnel des recettes et des dépenses (EPRD) 2010, arrêté par le directeur général de l'AP-HP et approuvé par le directeur général de l'Agence Régionale de Santé (ARS), a fait l'objet d'une information du conseil de surveillance de l'AP-HP, le 1er septembre 2010.

Le budget de l’Assistance publique – Hôpitaux de Paris qui s’élève à 6.5 milliards d’euros a été présenté avec un déficit prévisionnel de 94.5 millions d’euros, tous budgets confondus. Cet état prévisionnel des recettes et des dépenses (EPRD) 2010, arrêté par le directeur général de l’AP-HP et approuvé par le directeur général de l’Agence Régionale de Santé (ARS), a fait l’objet d’une information du conseil de surveillance de l’AP-HP, le 1er septembre 2010.

Ce budget, exigeant mais réalisable, prévoit une évolution de l’activité de 1% en hospitalisation complète et une quasi stabilité des recettes facturées à l’Assurance maladie.

Au titre de cet exercice budgétaire, la masse salariale devrait progresser de près de 1% et les dépenses à caractère médical de 3.7%.

L’APHP continuera en 2010 à maintenir son niveau d’investissement à hauteur de 500M€, tout en préservant un ratio d’endettement en deçà des 30% de son budget.

Cet EPRD intègre également la mise en oeuvre de mesures d’efficience à hauteur de 5M€ sur les recettes, notamment par l’amélioration de la facturation et de 49M€ sur tous les titres de dépenses.

Ces mesures qui concernent autant le siège, les services généraux et les groupes hospitaliers s’appuient sur des projets de réorganisation administrative et logistique ainsi que sur des réorganisations médicales.

Au 30 Juin 2010, l’exécution du budget montre que l’APHP est en mesure d’atteindre les objectifs qu’elle s’est fixé tant en recettes qu’en dépenses tout en poursuivant le processus de modernisation dans lequel elle est engagée.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.