Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

L’hypnose en soins palliatifs, mieux vivre la dernière étape

Auteur /Etablissement :
En soins palliatifs, la pratique de l’hypnose permet de soulager la douleur. Elle aide également les patients à aborder plus sereinement leur fin de vie.

En soins palliatifs, la pratique de l’hypnose permet de soulager la douleur. Elle aide également les patients à aborder plus sereinement leur fin de vie.
 L’hypnose n’est pas une technique, mais un mode de relation, un processus naturel qui nous permet de détacher une partie de notre esprit pour permettre une meilleure concentration. Au volant, par exemple. En le provoquant, en douceur, au cours d’une conversation, on amène une personne dans cet état particulier qui permet de mobiliser tout son potentiel de ressources.
Comme plusieurs membres de l’équipe mobile de soins palliatifs, Pierre-Henri Garnier, psychologue, utilise l’hypnose : "Il ne s’agit pas «d’envoyer» la personne ailleurs ni de l’obliger à faire quoi que ce soit, suivant les clichés liés à l’hypnose «foraine», mais bien de l’intégrer dans l’ici et maintenant, en l’aidant à zoomer sur des aspects positifs et ainsi reléguer au second plan et donc diminuer le mal physique et psychique. Cela se passe naturellement, au cours d’une conversation…  L’état d’hypnose se reconnaît à divers petits signes tels que des mouvements des pupilles sous les paupières, une respiration et un rythme cardiaque apaisés… "
En plus de soulager le corps, l’hypnose peut contribuer à mieux vivre l’approche de la mort : « Il m’arrive ainsi d’aider des personnes à renouer ou échanger avec des proches, à rester jusqu’au bout dans la vie et dans la vie sociale ».
Pierre-Henri Garnier s’aide parfois de sa tablette numérique : « Lorsque les patients sont très fatigués, je cherche pour eux un support visuel ou audio qui les aide à se remémorer de bons moments. Cela aide à instaurer cette relation singulière et créative qu’est l’hypnose conversationnelle, et qui vient supplanter l’hypnose négative induite par la maladie grave. »
Au CHU de Nantes, les trois quarts des patients en soins palliatifs bénéficient du soulagement procuré par l’hypnose conversationnelle.

Sur le même sujet

Une nouvelle maison des Femmes au CHU de Montpellier

La Maison des Femmes Agnès McLaren vient d’ouvrir à Montpellier. Ce lieu est destiné à toutes celles qui sont victimes de violences et entièrement dédié, grâce à l’engagement des professionnels du CHU, à leur santé. L’actrice Alexandra Lamy, ambassadrice de “la maison des femmes”, est la marraine du site montpelliérain.

Une rencontre automobile contre le cancer à Poitiers

Le 30 mai dernier, le CHU de Poitiers célébrait l’ouverture de la 30e édition de l’événement automobile 500 Ferrari contre le cancer, organisé tous les ans par l’association Sport et Collection et le Rotary Club Sud-Vienne, au profit de la recherche contre le cancer. Une manifestation devenue une tradition, et qui accueille depuis 1995 quinze à vingt mille personnes. En l’espace de quelques jours, plus d’un millier de véhicules de prestige ont ainsi été réunis.