Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Lymphomes, leucémies, myélomes : un nouveau centre de référence à Saint Antoine

Un nouveau centre de référence dans la prise en charge des maladies du sang vient d'être créé dans l'est parisien. Le nouveau département d'hématologie de l'Assistance Publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP) réunit au sein de l'hôpital Saint-Antoine le service d'hématologie du Pr Jean-Pierre Marie de l'Hôtel-Dieu et celui du Pr Norbert-Claude Gorin de Saint-Antoine. Pour assurer la qualité et l'urgence du diagnostic hématologique, des hématologistes biologistes de l'Hôtel-Dieu ont rejoint l'équipe du laboratoire d'hématologie du Pr Nicole Casadevall à Saint-Antoine.

Un nouveau centre de référence dans la prise en charge des maladies du sang vient d’être créé dans l’est parisien. Le nouveau département d’hématologie de l’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP) réunit au sein de l’hôpital Saint-Antoine le service d’hématologie du Pr Jean-Pierre Marie de l’Hôtel-Dieu et celui du Pr Norbert-Claude Gorin de Saint-Antoine. Pour assurer la qualité et l’urgence du diagnostic hématologique, des hématologistes biologistes de l’Hôtel-Dieu ont rejoint l’équipe du laboratoire d’hématologie du Pr Nicole Casadevall à Saint-Antoine.

Une réorganisation emblématique
Officialisé le jeudi 17 juin 2010, ce rapprochement illustre la politique de modernisation de l’AP-HP. En regroupant les activités cliniques ou médico-techniques, l’institution renforce les synergies entre les équipes et offre aux patients une prise en charge plus performante et des conditions favorables à l’accélération de la recherche et à la diffusion du progrès diagnostiques et thérapeutiques en faveur des malades.

Tourné vers les soins aux patients atteints d’hémopathies bénignes et malignes (leucémies, lymphomes, myélomes) à tous les stades de leur maladie, agréé pour les allogreffes de moelle osseuse, ce département constitué uniquement de chambres seules, la grande majorité en pression positive ou en flux laminaire (traitement d’air stérile), assurera :
– l’accueil des urgences hématologiques 24 heures sur 24,
– la prise en charge diagnostique et thérapeutique définie selon des protocoles de recherche clinique répondant aux normes de qualité définies par les référentiels de l’HAS,
– l’information et l’éducation des personnes soignées,
– l’enseignement et la recherche clinique.

Il prendra en charge les patients diagnostiqués dans le département, ou provenant d’autres services d’hématologie. Actuellement les malades sont issus pour 25% de Paris, pour 50% des petite et grande couronnes, et pour 25% de province et des TOM-DOM (notamment de la Polynésie Française).

Les réunions de concertation multidisciplinaire organisées toutes les semaines avec les biologistes, les représentants de la thérapie cellulaire, les anatomo-pathologistes, les radiologues et les radiothérapeutes permettront d’établir un diagnostic, un pronostic et un plan de traitement dont seront informés le patient et les médecins traitants.

Deuxième centre pour les allogreffes de moelle sur Paris, le département demandera son accréditation européenne (JACIE) pour les greffes de cellules souches hématopoïétiques (autogreffes et allogreffes) dès la fin de l’année. Le centre de référence national «maladies rares» sur les microangiopathies thrombotiques, localisé à Saint-Antoine, est un atout supplémentaire dans ce dispositif.

Réunissant des professionnels de référence ainsi que des ressources rares et coûteuses dans un contexte d’exigence de haute technicité et de sécurité renforcée, ce regroupement favorise la dynamique de recherche et les échanges entre professionnels pour le progrès des thérapeutiques.

Ce département est étroitement lié à l’Université Pierre et Marie Curie (Paris VI) et aux organismes scientifiques (INSERM notamment). Les hématologistes du département appartiennent à des équipes de recherche « labellisées » ; leurs travaux concernent les mécanismes de résistance aux anticancéreux dans les leucémies et les tumeurs solides et la différenciation et prolifération des cellules souches. Ce département sera également adossé au plus grand centre européen de recueil, de validation, d’analyse et de gestion des données des greffes de cellules souches hématopoïétiques pour le traitement des tumeurs malignes et la thérapie cellulaire régénérative (CEREST-TC) localisé à Saint-Antoine et placé sous la responsabilité du Pr Norbert-Claude Gorin. En assurant un rayonnement scientifique unique, il offrira aux étudiants et aux médecins des ressources de recherche et d’enseignement privilégiées.

Les maladies du sang aujourd’hui en France
8 000 nouveaux cas de lymphome (incidence en nette augmentation depuis les 20 dernières années).
6 000 nouveaux cas de leucémies.
3 600 nouveaux cas de myélome.

Les traitements
Les 10 dernières années ont vu s’améliorer les traitements des lymphomes avec l’apport du Rituximab et des myélomes grâce aux nouveaux traitements,
Les leucémies myéloïdes chroniques bénéficient de l’apport de l’imatinib (Glivec) qui a transformé le pronostic. En ce qui concerne es leucémies lymphoïdes chroniques la fludarabine (+ rituximab)a permis de réaliser des progrès notables. Quant aux leucémies aiguës <60 ans, elles sont mieux prises en charge grâce aux allogreffes.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”