Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Maladie de Whipple : Première culture de la bactérie

L'équipe du Professeur Didier Raoult vient de publier dans le New England Journal of Medicine la première culture de la bactérie de la maladie de Whipple.

L’équipe du Professeur Didier Raoult vient de publier dans le New England Journal of Medicine la première culture de la bactérie de la maladie de Whipple.
La bactérie responsable d’une maladie rare mais potentiellement mortelle, la maladie de Whipple, avait déjà été cultivée pour la première fois à Marseille dans l’UMR6020 en 2000 à partir d’un prélèvement cardiaque.

Toutefois, la bactérie est retrouvée assez fréquemment dans les selles des patients, dans les populations les plus exposées, parmi lesquelles les égoutiers. Un moyen de culture extrêmement original a permis de cultiver pour la première fois cette bactérie à partir des selles, alors qu’elle n’y avait été détectée que par des moyens indirects. En montrant que la source d’infection des patients est vraisemblablement d’origine fécale, cette technique permettra de mieux comprendre l’étendue des infections provoquées par la bactérie.
Cette maladie a été décrite pour la première fois en 1907 par un médecin américain, George Whipple.

Les manifestations cliniques sont variées (diarrhée, amaigrissement, douleur abdominale, pigmentation cutanée) et ne sont pas vraiment spécifiques, entraînant parfois un retard diagnostique. L’évolution spontanée de la maladie est longue, marquées par des épisodes de rémission et de rechutes pouvant évoluer jusqu’à la mort en l’absence de traitement.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.