Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

nouveau test de dépistage précoce du cancer de la vessie

Les Hôpitaux Universitaires de Strasbourg, les professeurs Pierre OUDET et Didier JACQMIN ont mis au point un test moléculaire de diagnostic des cancers de l'appareil génito-urinaire à partir d'une prise de sang et d'un échantillon d'urines.

Première campagne de dépistage précoce du cancer de la vessie à partir d’une prise de sang et d’un échantillon d’urines
Les Hôpitaux Universitaires de Strasbourg, les professeurs Pierre OUDET et Didier JACQMIN, ont mis au point un test moléculaire de diagnostic des cancers de l’appareil génito-urinaire à partir d’une prise de sang et d’un échantillon d’urines. Ce test permet de faire le diagnostic du cancer de la vessie même à un stade superficiel de la tumeur.
Le principe de ce test repose sur la mise en évidence des cellules tumorales présentes dans les urines grâce à la détection des altérations génétiques typiques de ces cellules tumorales, en particulier des pertes ou des amplifications de fragments d’ADN (fragments appelés microsatellites).


Un nouveau test indolore et non invasif

A l’heure actuelle, l’examen clinique de référence utilisé à des fins de diagnostic et de suivi est la cystoscopie (méthode endoscopique). L’invasivité et la lourdeur de ce geste empêchent le dépistage dans les populations à risque et incommodent fortement les patients porteurs d’un cancer, qui subissent cet examen tous les 3 à 6 mois.
Le nouveau test, qui utilise la biologie moléculaire, est beaucoup plus confortable pour le patient et permet de détecter un cancer à un stade précoce.


Les différentes étapes de la recherche

La méthode est déjà validée par deux publications et un dépôt de brevet ainsi que la pratique en routine de ce test pour la surveillance des patients suivis par le Service de Chirurgie Urologique (Protocole Hospitalier de Recherche Clinique 1997). Plus de 1000 patients atteints de cancer de la vessie ont pu bénéficier de ce test.

L’utilisation de ce test a permis d’atteindre une sensibilité de 85% par la détection des microsatellites dans les urines. Si cette sensibilité est comparée à un autre test non invasif, à savoir la cytologie urinaire (sensibilité de 35%), le bénéfice apporté par la nouvelle méthode est considérable.

Etant donné que les chances de guérison sont d’autant plus grandes qu’une tumeur est détectée précocement, il serait tout à fait bénéfique en matière de santé publique de pratiquer des dépistages systématiques dans les populations présentant un risque accru de cancer de la vessie. La prochaine étape est donc d’évaluer le test des microsatellites pour la détection d’éventuelles tumeurs chez des personnes à risques mais ne présentant pas encore de symptômes.
Les questions qui seront étudiées dans ce protocole de dépistage concernent l’étude de la sensibilité du test (est-il capable de détecter des tumeurs à un stade très précoce ?) et le rapport coût / bénéfice clinique lorsqu’un tel test est appliqué à une population non malade.

Ouverture d’une consultation de dépistage précoce du cancer de la vessie sous protocole de recherche bio-médicale et première campagne de dépistage
Une campagne d’inclusion de personnes à risque (homme, femme de plus de 50 ans, fumeurs et/ou exposés dans une première phase) a ouvert ses portes à la fondation transplantation de l’Hôpital de Hautepierre, dans le cadre d’une recherche bio-médicale visant à recruter environ 2000 personnes.
La durée de l’étude se fera sur 18 mois.
Cette étude permettra d’évaluer le bénéfice potentiel du test d’un point de vue médical et l’incidence économique de son utilisation en tant qu’outil de dépistage..
Ce projet a été reconnu par la Commission Scientifique de la Recherche Clinique et a reçu l’avis favorable du Comité Consultatif de Protection des Personnes en Recherche Biomédicale (CCPPRB).
Avant le début de l’étude, des réunions d’information ont été organisées à l’intention des médecins généralistes, grâce auxquels il sera possible de recruter des personnes présentant des risques significatifs de développer un cancer de la vessie. Au cours de ces réunions, une notice concernant le protocole ainsi que les informations destinées aux personnes pouvant être incluses dans l’étude ont été diffusées. La mission du médecin généraliste consiste à proposer aux personnes qui présentent les critères d’inclusion mentionnés ci-dessus de participer à une campagne de dépistage.
Des campagnes d’information seront également organisées avec l’aide des caisses primaires d’assurance maladie et des mutuelles.


Toute personne souhaitant se porter volontaire pour cette étude peut téléphoner au numéro vert 0.800.58.30.32

Ce programme de dépistage, qui représente un investissement de 450 000 euros, a pu voir le jour grâce à des financements des Hôpitaux Universitaires de Strasbourg, de la Communauté Urbaine de Strasbourg, du Conseil Général du Bas-Rhin et de la Région Alsace.

L’APS (Assureurs Prévention Santé), la Ligue contre le cancer du Bas-Rhin et du Haut-Rhin ont également apporté leur contribution au projet à la fois dans sa partie initiale et dans son développement.


Les étapes du test

La procédure du test moléculaire des microsatellites pour la détection des cellules tumorales à partir des urines comprend les étapes suivantes :
– la purification des cellules du culot urinaire
– Les urines sont centrifugées afin d’en réduire le volume.
L’urine étant un fluide biologique complexe et hétérogène, une étape de purification des cellules présentes est nécessaire. L’extraction de l’ADN des cellules des culots urinaires et des leucocytes du sang est automatisée. L’extraction de l’ADN des leucocytes est effectuée à l’aide d’un robot de pipetage et d’un appareil d’amplification par PCR. A noter que 16 à 96 échantillons sont mesurés simultanément.


Le cancer de la vessie en France

Le pronostic du cancer de la vessie, quatrième cancer chez l’homme, repose largement sur la précocité du diagnostic et la qualité du suivi des patients après leur traitement initial.
Le cancer de la vessie, s’il est détecté à un stade précoce, permet à 75% des patients atteints de guérir sans rechute.
Les facteurs de risque et de récidive étant clairement identifiés, le dépistage et le suivi chez des individus présentant ces risques sont primordiaux.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”