Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Obésité : recherche et pratique clinique réunies au bénéfice direct du patient

Même combat contre l’obésité pour les chercheurs des universités et les médecins du CHU de Toulouse : concevoir un projet de soin personnalisé pour chaque patient dont l'indice de masse corporelle (IMC) -poids (kg) / taille² (exprimée en mètre) - est supérieur à 30. Elaborée dans le cadre d’une démarche pluridisciplinaire, cette approche collective est désormais conduite au sein d’une seule et même structure experte le Centre Intégré de prise en charge (CIO) de l’Obésité de Toulouse.

Même combat contre l’obésité pour les chercheurs des universités et les médecins du CHU de Toulouse : concevoir un projet de soin personnalisé pour chaque patient dont l’indice de masse corporelle (IMC) -poids (kg) / taille² (exprimée en mètre) – est supérieur à 30. Elaborée dans le cadre d’une démarche pluridisciplinaire, cette approche collective est désormais conduite au sein d’une seule et même structure experte le Centre Intégré de prise en charge (CIO) de l’Obésité de Toulouse.
Trois exemples de projets de soins personnalisés
A un patient diabétique de type 2 présentant une obésité de classe 2 (IMC>40 kg/m2), l’équipe propose un traitement antidiabétique individualisé, recommandé par les sociétés savantes et une recommandation experte concernant le rapport bénéfice/risque/contrainte d’une chirurgie pour perdre du poids.
Lors de son séjour en soins de suite et de réadaptation, différentes compétences seront réunies pour traiter un patient obèse atteint d’une sclérose en plaques (SEP). Il pourra mettre à profit l’approche nutritionnelle pour perdre du poids, le suivi neurologique pour optimiser le traitement de la SEP et l’accompagnement par un praticien de Médecine Physique et de Réadaptation. Cette prise en charge  poursuivra un double objectif : l’éducation thérapeutique alimentaire et le gain d’autonomie physique.
Un adulte jeune obèse avec retard mental bénéficiera des compétences d’un pédiatre expert dans le diagnostic des obésités syndromiques (Prader-Willi…), et des relais des services de médecine du sport, de nutrition et de la fédération française du sport adapté.
Progrès et innovation sont les maîtres mots qui ont présidé à la création du CIO-Toulouse, labellisé par le Ministère de la Santé au même titre que les quatre autres centres référents français reconnus, à savoir celui de Lille, celui de Lyon et les deux centres de Paris.
Des compétences pluridisciplinaires pour une prise en charge optimale du patient
Le cœur de mission du CIO-Toulouse est d’améliorer la pertinence et la qualité de la prise en charge des personnes et patients obèses à tous les âges de la vie. Sa particularité : une recherche pluridisciplinaire qui intègre dans ses d’études et cohortes non seulement les dimensions clinique et biologique mais aussi psychologique et sociologique. Une dynamique collective conduite selon le mode translationnel «du lit du malade au laboratoire et inversement».

Des échanges étroits entre chercheurs
La formation et la communication seront des relais incontournables pour les chercheurs avec :
– l’organisation d’une conférence annuelle où sera exposée l’intégralité de leurs recherches mais aussi des interventions basées sur les controverses dans les recherches en obésité afin de réfléchir à des démarches innovantes communes.
– la création de modules d’enseignement courts mais aussi d’un « mastère obésité »
– un forum internet ouvert aux chercheurs, afin d’échanger et confronter les progrès, mais aussi aux citoyens qui pourront ainsi accéder à une information juste et valide.
Interrelations entre le CIO-Toulouse et le centre clinique spécialisé de l’obésité
Le centre spécialisé de l’obésité a été retenu dans le cadre du Plan Obésité après un appel d’offres lancé par la Direction Générale de l’Organisation des Soins (DGOS). L’objectif était d’organiser une filière de soins dédiée à la prise en charge de l’obésité mais aussi à la gestion de patients obèses présentant des pathologies multiples et compliquées. C’est ainsi qu’un centre spécialisé, labellisé par l’Agence Régionale de Santé (ARS), appelé TOSCA (Toulouse, Obésité, Surpoids, Conduites Alimentaires) a été créé en Midi-Pyrénées. Ce partenariat privé/public regroupe le CHU de Toulouse, les cliniques des Cèdres, d’Occitanie, de Castelviel, de Bondigoux et de Cahuzac-sur-Veyre.
En s’appuyant sur ce centre clinique spécialisé, le CIO-Toulouse pourra faire bénéficier les personnes ou patients obèses de Midi- Pyrénées de protocoles d’études ciblés et personnalisés : « avoir accès à la recherche, c’est avoir accès aux thérapeutiques d’avenir ».
Les chiffres de l’obésité en France continuent d’augmenter et la prévalence est de 15% chez les adultes en 2012, avec de grandes variations entre les régions.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.