Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Participation à la deuxième journée mondiale des soins palliatifs

Pour la deuxième année consécutive, aura lieu le samedi 7 octobre la journée mondiale des soins palliatifs dont le thème est l'accès aux soins pour tous en soulignant le fait que chacun a le droit de recevoir des soins de fin de vie de haute qualité.

Pour la deuxième année consécutive, aura lieu le samedi 7 octobre la journée mondiale des soins palliatifs dont le thème est l’accès aux soins pour tous en soulignant le fait que chacun a le droit de recevoir des soins de fin de vie de haute qualité.

Le CHU de Rennes et l’ensemble des acteurs de soins du bassin rennais proposeront au public des animations sur le thème de l’accompagnement et des soins palliatifs dans l’objectif :
– de montrer que la mort ne doit pas être exclue de la société et que l’on peut en parler librement ;
– de dédramatiser le mot « soins palliatifs » et expliquer que les soins palliatifs ce n’est pas seulement accompagner les derniers jours de vie d’une personne ;
– de décrire les différentes structures qui prennent en charge des patients en soins palliatifs et d’expliquer comment elles se coordonnent entre elles ;
– de dire que pour une personne qui souhaite mourir à domicile, il est possible d’organiser une prise en charge très satisfaisante pour que le décès se passe dans de bonnes conditions et que la famille soit accompagnée ;
– d’informer sur les derniers textes de loi qui donnent accès aux soins palliatifs et en particulier la loi dite loi « Leonetti » ;
– de présenter les associations de bénévoles.

Des animations seront proposées à la population rennaise tout au long du samedi 7 octobre. Deux des cinq animations sont originales :
La première permettra d’aborder la question de la mort avec les enfants avec la participation de clowns. Si la mort est un sujet tabou pour les adultes, elle l’est encore plus auprès des enfants. Sous prétexte de les protéger, on évite d’aborder avec eux cette question pourtant essentielle. On évite de leur parler de la réalité de la maladie, on leur cache la vue de la personne morte, on les éloigne des rites funéraires. Et pourtant ils continuent à poser des questions, à s’interroger. Sans réponse, le risque est qu’ils se réfugient dans un monde imaginaire encore plus difficile. Il est possible de parler librement de la mort avec les enfants d’autant qu’ils ont eux aussi des choses à dire.

La seconde pour « parler de l’accompagnement au travers de l’art » avec la présentation d’oeuvres d’art, de photographies, la présence de conteurs. Depuis le début des temps, l’homme a présenté la mort au travers d’oeuvres artistiques et souvent au travers d’images très belles. La piéta de Mickaël Ange ne montre-t-elle pas tout l’amour qu’une mère peut porter à son fils. Sans aller chercher les sculpteurs italiens, de nombreux artistes interrogent cette question de la mort.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.