Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Polmit, probablement l’arme la plus puissante contre les maladies infectieuses et tropicales

Avec un financement de 73,2 millions d’euros, Polmit est le mieux doté des 6 Instituts Hospitalo-Universitaires de France. Dédié à la lutte contre Maladies Infectieuses et tropicales, Polmit est coordonné par Pr.Didier Raoult* responsable du Laboratoire de Bactériologie, Virologie et Hygiène de l’AP-HM et grand prix Inserm 2010. Dès 2013, l’activité de ce centre de soins, d’enseignement, de recherche et d’innovation s’organisera autour d’un nouveau bâtiment de 20 000m² édifié sur le campus de la Timone en plein cœur de la cité phocéenne, au carrefour entre l’Europe et l’Afrique. A l’heure du tourisme planétaire, de la mondialisation des échanges, les pathologies liées au voyage, les épidémies des pays du Sud et leur risque de propagation représentent un défi sanitaire pour l’humanité. Premières causes de mortalité dans le monde, les maladies infectieuses et tropicales et en particulier le sida, la tuberculose, la malaria, les maladies respiratoires inférieures et les maladies diarréhiques entraînent chaque année la mort de 17 millions de personnes. Polmit se donne pour mission d’imaginer et de développer des solutions thérapeutiques afin de lutter efficacement contre ces fléaux.

Avec un financement de 73,2 millions d’euros, Polmit est le mieux doté des 6 Instituts Hospitalo-Universitaires de France. Dédié à la lutte contre Maladies Infectieuses et tropicales, Polmit est coordonné par Pr.Didier Raoult* responsable du Laboratoire de Bactériologie, Virologie et Hygiène de l’AP-HM et grand prix Inserm 2010. Dès 2013, l’activité de ce centre de soins, d’enseignement, de recherche et d’innovation s’organisera autour d’un nouveau bâtiment de 20 000m² édifié sur le campus de la Timone en plein cœur de la cité phocéenne, au carrefour entre l’Europe et l’Afrique. A l’heure du tourisme planétaire, de la mondialisation des échanges, les pathologies liées au voyage, les épidémies des pays du Sud et leur risque de propagation représentent un défi sanitaire pour l’humanité. Premières causes de mortalité dans le monde, les maladies infectieuses et tropicales  et en particulier le sida, la tuberculose, la malaria, les maladies respiratoires inférieures et les maladies diarréhiques entraînent chaque année la mort de 17 millions de personnes. Polmit se donne pour mission d’imaginer et de développer des solutions thérapeutiques afin de lutter efficacement contre ces fléaux.
Pour atteindre cet objectif, Polmit met en place une armée de 300 chercheurs venus d’univers aussi divers que la bactériologie, microbiologie, virologie, parasitologie, maladies infectieuses et tropicales, immunologie et biologie cellulaire, l’épidémiologie, les sciences humaines et sociales ainsi que dans les domaines de la nutrition, des sciences humaines et sociales, de l’éthique et de l’anthropologie. Des mathématiciens et des physiciens étudiant la biologie structurale participeront également au projet.
Présenté dans le cadre d’une conférence de presse le 29 avril 2011, Polmit emploiera 750 professionnels de santé et chercheurs. Grâce à cette concentration de talents et de moyens, Polmit ambitionne de déposer 50 brevets en 5 ans et de soutenir la création de 4 start-up.

La triple vocation de POLMIT

– des activités médico-techniques et de soins : activité ambulatoire, hospitalisation en chambres isolées réparties dans des unités distinctes pour les cas urgents, infections traditionnelles et cas chroniques dont les infections ostéo-articulaires.
la recherche : avec l’accueil de tous les scientifiques quelle que soit leur origine, publique ou privée. D’ores et déjà, une collaboration franco-sénégalaise a permis d’inclure 200.000 enfants dans une étude portant sur la prévention du paludisme et 10.000 enfants dans une autre cohorte consacrée à l’évaluation de l’efficacité de la vaccination contre la grippe dans la prévention des infections respiratoires.
l’information au public : expositions, vaccinations, consultations …

Les acteurs de Polmit

Unique en Europe, Polmit est porté l’Université de la Méditerranée et par l’AP-HM. Soutenu par les collectivités locales, il associe, les Instituts de Recherche INSERM, CNRS, IRD, l’université de Montpellier et les plus grands acteurs économiques du secteur des maladies infectieuses (Laboratoire Cerba, Galderma, Institut Mérieux, Sanofi-Aventis, Sanitys, Biomérieux…. Polmit a également développé d’étroites relations avec la société de transport maritime CMA-CGM dans le cadre de la médecine des voyages  Autre particularité, l’institut associe les trois autres CHU de l’inter-région Sud Méditerranée (Montpellier, Nice et Nîmes) et participe au projet d’Union Pour la Méditerranée dans son volet santé, faisant naitre des partenariats instaurés avec des CHU méditerranéens.
Ses points forts : Polmit va coordonner ses travaux avec le Ministère de la Santé, l’EHESP (Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique), la Médecine Militaire, les associations humanitaires, les chercheurs du Sud de la Méditerranée et en Afrique.

Les chiffres clés de POLMIT

Surface : 20 000 m2 dont 10 000 m2 consacrés à la recherche
Financement accordé : 73 200 000 euros, soit le plus important financement accordé pour un IHU.
Nombre de lits : 90 (projet)
Nombre de personnels concernés au total : environ 350 postes financés par l’AP-HM au titre du Pôle des maladies infectieuses et tropicales, et 300 chercheurs doctorants et personnels universitaires, financés par l’Université et les partenaires CNRS/INSERM/IRD pour un coût annuel de 60 millions d’euros.
Montant des travaux : 70 millions d’euros d’investissement
Nombre de partenaires privés et montant de leur apport financier : 14 partenaires institutionnels ; 17 partenaires privés (2,5 millions d’euros)
Nombre de brevets déjà déposés : 25 (dont 20 sont licenciés actuellement à des industries françaises)
Nombre de publications : près de 1 300
*Le Pr Didier Raoult est Responsable du Laboratoire de Bactériologie,Virologie et Hygiène de l’AP-HM, responsable de l’Unité de Recherche en Maladies Infectieuses etTropicales émergentes (Urmite) et du Centre National de Référence (CNR) des Rickettsies, le Pr. Raoult vient de se voir remettre le grand prix INSERM 2010. LabTimes, revue européenne de sciences de la vie, classe le Pr.Didier Raoult premier dans son top 30 des chercheurs les plus cités dans le domaine de la microbiologie, avec 19 136 citations issues des 754 articles qu’il a publiés entre 1997 et 2008. Neumann, R. (2011). Publication Analysis 1997-2008 Microbiology. LabTimes
http://www.labtimes.org/labtimes/ranking/index.html
Contact Presse : Alexandre Lanzalavi,
Attaché de Communication – AP-HM – Tél 04 91 38 29 72
alexandre.lanzalavi@ap-hm.fr

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.