Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Polyarthrite rhumatoïde -Détection précoce, meilleur suivi avec le BMA

Le CHR d'Orléans vient d'acquérir un «BMA -Bone Micro Architecture Analysis», nouvel appareil d'imagerie moins irradiant qui permet d'analyser les maladies osseuses, de porter diagnostic précoce et d'assurer un meilleur suivi thérapeutique notamment pour la polyarthrite rhumatoïde. Le Conseil Général a financé cet équipement, au coeur du projet de recherche public-privé porté par le Docteur Eric Lespessailles : « RANCOSPOR - Radiographies Numériques haute résolution et Caractérisation de l'Os sous chondral pour l'Evaluation Précoce des lésions structurales dans la Polyarthrite Rhumatoïde ». Cette recherche-développement procure aux équipes orléanais un avantage certain en termes de technologie et de savoir–faire. Elle apporte aussi au CHR une reconnaissance nationale de son rôle de promoteur de recherche.

Le CHR d’Orléans vient d’acquérir un «BMA -Bone Micro Architecture Analysis», nouvel appareil d’imagerie moins irradiant qui permet d’analyser les maladies osseuses, de porter diagnostic précoce et d’assurer un meilleur suivi thérapeutique notamment pour la polyarthrite rhumatoïde. Le Conseil Général a financé cet équipement, au coeur du projet de recherche public-privé porté par le Docteur Eric Lespessailles : « RANCOSPOR – Radiographies Numériques haute résolution et Caractérisation de l’Os sous chondral pour l’Evaluation Précoce des lésions structurales dans la Polyarthrite Rhumatoïde ». Cette recherche-développement procure aux équipes orléanais un avantage certain en termes de technologie et de savoir–faire. Elle apporte aussi au CHR une reconnaissance nationale de son rôle de promoteur de recherche.

La polyarthrite rhumatoïde est une maladie auto-immune caractérisée par une inflammation chronique de la membrane synoviale des articulations. Cette synovite chronique induit des lésions cartilagineuses et de l’os péri-articulaire qui détruisent les articulations. Il s’agit du plus fréquent des rhumatismes inflammatoires chroniques, qui atteint environ 318 000 personnes en France. Dans le Loiret, plus de 3 000 personnes sont atteintes de polyarthrite rhumatoïde et souffrent de douleurs chroniques et incapacitantes.

Suite à un appel à projets de recherche innovants en 2008, le Docteur Eric Lespessailles, praticien hospitalier du CHR d’Orléans (Laboratoire de l’institut de prévention et de recherche sur l’ostéoporose (IPROS)), a impulsé le protocole hospitalier de recherche clinique «RANCOSPOR» . Une étude, multicentrique (100 sujets avec polyarthrite rhumatoïde diagnostiquée depuis au moins 6 mois), a été menée par le CHR d’Orléans, en collaboration avec le laboratoire CARQO, l’entreprise D3A Médical System, les CHRU de Tours et de Brest, l’institut de prévention et de recherche sur l’ostéoporose et la société D3A Medical Systems. L’analyse de la microarchitecture du tissu osseux sous chondral devrait permettre une détection plus précoce de la maladie et de ses évolutions, améliorant grandement la prise en charge du malade. Il s’agit de comparer les performances métrologiques et diagnostiques de l’imagerie radiographique à haute résolution par rapport aux données fournies par l’imagerie conventionnelle numérisée en particulier pour la détection des érosions et du pincement articulaire et d’apprécier l’intérêt de cette technique dans le diagnostic précoce et le suivi thérapeutique de la polyarthrite rhumatoïde.

Financement du projet « RANCOSPOR »
Conscient des enjeux socio-économiques et éducatifs liés à l’enseignement supérieur, à la
recherche et au transfert de technologie, le Conseil général a accordé une subvention de 134 000€ à l’Université d’Orléans pour la réalisation du projet de recherche «RANCOSPOR». A hauteur de 43% du montant global, le Conseil général est le premier financeur de ce programme d’un budget global de 309 000€.
L’apport du Ministère de la Santé à travers le programme hospitalier de recherche clinisque (PHRC) s’élève à 36%. Il couvre les frais de fonctionnement du projet et représente un signe fort de reconnaissance scientifique.
Ce projet est mené par une équipe de recherche clinique du CHR d’Orléans rattachée à l’Université d’Orléans et en collaboration avec la société D3A Medical Systems. L’entreprise intervient à hauteur de 19% du montant global. Elle sera chargée du développement, de la gestion du projet et interviendra dans l’assistance technique.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.