Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

#presidentielle2017 #Hamon #Valls et la santé: le dernier débat

Benoît Hamon et Manuel Valls ont campé sur leurs positions lors de l'ultime débat pour la primaire de la gauche. 5,5 millions de téléspectateurs ont suivi leurs échanges mercredi 25 janvier sur TF1 et France 2. Focus sur leurs interventions sur les questions de santé.
Benoît Hamon et Manuel Valls ont campé sur leurs positions lors de l’ultime débat pour la primaire de la gauche. 5,5 millions de téléspectateurs ont suivi leurs échanges mercredi 25 janvier sur TF1 et France 2. Focus sur leurs interventions sur les questions de santé.
De la loi Travail au burn-out
Benoît Hamon, évoquant " un rendez-vous raté avec la loi Travail a insisté sur la nécessité de reconnaître, comme maladie professionnelle, le syndrome d’épuisement au travail. "On se retrouve dans des situations ou explosent les burn-out ", a déclaré l’ancien ministre de l’Education nationale. 
Le député des Yvelines a aussi rappelé sa volonté d’interdire les perturbateurs endocriniens car ils provoquent "maladies chroniques, pubertés précoces, cancers " et sa proposition d’un grand "plan sport santé" qui généraliserait une culture de l’activité physique, de l’école maternelle aux entreprises, dans le cadre de la prévention des maladies chroniques.
Priorité à la santé environnementale
Manuel Valls est revenu quant à lui plus largement sur son bilan en tant que premier ministre. Interrogé sur la pollution de l’air particulièrement élevée ces dernières semaines, il a notamment affirmé que " la pollution de l’air représente des risques de mortalité partout en France, pas seulement à Paris. Je suis pour l’interdiction d’un certain nombre de produits qui polluent notre environnement".
Il a aussi rappelé son engagement pour la convergence du prix de l’essence et du diesel, " car il faut sortir de cette drogue qu’a été le diesel ". Et d’ajouter " Sous ce quinquennat, il y a eu la loi de transition énergétique, la loi sur la biodiversité, et nous devons continuer dans ce sens car je pense que la santé environnementale doit être une priorité".
Sources
http://www.ouest-france.fr/elections/presidentielle/primaire-gauche/primaire-gauche-les-tops-et-les-flops-du-debat-valls-hamon-4758508
http://www.lefigaro.fr/elections/presidentielles/primaires-gauche/2017/01/25/35005-20170125LIVWWW00313-primaire-gauche-quatrieme-debat-televise-gauche-parti-socialiste-valls-hamon.php
http://www.lemonde.fr/primaire-de-la-gauche/article/2017/01/26/primaire-a-gauche-valls-hamon-un-dernier-debat-a-fleurets-mouchetes_5069172_5008374.html

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.