Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Quand l’hôpital est aussi le terrain de la pratique artistique

Au coeur du nouvel ensemble architectural à l'Hôpital Nord, se trouve le pôle Couple-Mère-Enfant. Afin de le rendre plus facilement identifiable, il a semblé indispensable au CHU de Saint-Etienne de personnaliser sa signalétique.

Au coeur du nouvel ensemble architectural à l’Hôpital Nord, se trouve le pôle Couple-Mère-Enfant. Afin de le rendre plus facilement identifiable, il a semblé indispensable au CHU de Saint-Etienne de personnaliser sa signalétique.

Ainsi, le service communication et le département des travaux et des équipements ont sollicité en 2006 l’Ecole Supérieure d’Art et Design, alors appelée Ecole Régionale des Beaux Arts. L’équipe pédagogique de l’école a répondu favorablement à notre demande et un partenariat a été mis en oeuvre dans le cadre de l’appel à projet contractuel 2006-2008 « Culture et Hôpital » soutenu par l’Agence Régionale de l’Hospitalisation, la Direction Régionale des Affaires Culturelles et la Région Rhône-Alpes.

A la suite de différentes rencontres avec les professionnels du CHU, un groupe d’étudiants de 5e et 6e année « option art et design » a conduit une réflexion au sein d’un « atelier recherche et création » sur la manière d’adapter la signalétique conventionnelle du CHU à l’univers des enfants. L’objectif était à la fois de rendre plus accueillant les services prenant en charge des enfants et de faciliter les accès au secteur Mère-Enfant dans le contexte du regroupement des activités de court séjour au CHU-Hôpital Nord. Ils ont ainsi créé des collections de signes afin d’animer la ligne qui est le principe fédérateur de la charte signalétique du CHU. Il s’agissait d’adapter au monde de l’enfance et de rendre ludique la symbolique du fil d’Ariane qui guide l’usager dans les services. En début d’année 2007, ils ont présenté leurs collections aux membres du pôle Couple-Mère-Enfant en présence des représentants des usagers. L’ensemble des projets a ensuite été transmis, à la demande du Pr Georges Teyssier, médecin responsable du pôle, à chaque cadre de santé pour que les équipes puissent échanger et retenir un projet. La « Pictologie » de Damien Baïs et Vincent Gobber a remporté les suffrages.

La réflexion conduite par les étudiants a été finalisée sous la forme d’un catalogue de signes dont la publication a été présentée, en lien avec la Cité du Design, aux différents acteurs et à la presse le 15 avril dernier. Il appartient maintenant au CHU de trouver un ou des mécène(s) afin d’aider à la mise en oeuvre du projet retenu.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.