Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Quatre nouvelles Fédérations Hospitalo-Universitaires labellisées dans le Grand Ouest

Angers, Brest, Nantes, Orléans, Poitiers, Rennes et Tours, les 7 CHRU de l’inter région Ouest réunis au sein du groupement HUGO (Hôpitaux Universitaires du Grand Ouest) viennent de labelliser 4 nouvelles fédérations hospitalo-universitaires. Enjeux : soutenir la dynamique de recherche médicale et le potentiel scientifique de l'interrégion Ouest, encourager l’émergence de projets innovants et structurants, et leur donner une visibilité européenne.

Angers, Brest, Nantes, Orléans, Poitiers, Rennes et Tours, les 7 CHRU de l’inter région Ouest réunis au sein du groupement HUGO (Hôpitaux Universitaires du Grand Ouest) viennent de labelliser 4 nouvelles fédérations hospitalo-universitaires. Enjeux : soutenir la dynamique de recherche médicale et le potentiel scientifique de l’interrégion Ouest, encourager l’émergence de projets innovants et structurants, et leur donner une visibilité européenne.

Vendredi 20 juin 2014, les CHRU, universités, organismes de recherche signeront une convention cadre de partenariat et officialiseront la labellisation des 4 nouvelles FHU. Cancérologie, greffe, techniques innovantes… au sein de ces filières en fort développement des synergies d’excellence seront déployées entre les différents acteurs autour des soins, de l’enseignement et de la recherche.
Suite à l’appel à projet interrégional lancé à l’été 2013, un jury international s’est réuni les 3 et 4 décembre 2013 à Nantes pour évaluer les dossiers présentés. Parmi les 15 projets, quatre ont été crédités de la meilleure note le A+. Les CHU, les Universités du Grand Ouest et l’INSERM ont décidé de se conformer à l’avis des experts. Sont ainsi retenus
Le projet CAMIn (CAncer, Microenvironnement et Innovation) relatif à la filière de soins en cancérologie dans le domaine des pathologies malignes pulmonaires, urologiques, dermatologiques et hématologiques, coordonné par le Pr. Thierry Lamy du CHU de Rennes.
Le projet GOAL (Grand Ouest Acute Leukemia) relatif aux leucémies aigües, coordonné par le Pr. Norbert Ifrah du CHU d’Angers, associant des équipes des six CHU.
Le projet SUPORT (SUrvival oPtimization in ORgan Transplantation) relatif aux greffes et conservation d’organes, coordonné par le Pr. Thierry Hauet du CHU de Poitiers, associant des équipes de Poitiers, Limoges et Tours.
Le projet TECH SAN (Technologies innovantes en Santé) relatif aux technologies innovantes en santé, coordonné par le Pr. Philippe Mabo du CHU de Rennes et par le Pr. Eric Stindel du CHU de Brest, associant des équipes de Rennes et Brest.
Ces quatre FHU s’ajoutent aux deux projets nantais labellisés en 2013, suite à un premier appel à projets :
Le projet Onco-greffe qui fédère l’hémato-cancérologie, l’onco-dermatologie, l’immunologie (Labex Igo), la médecine nucléaire (Labex Iron) et l’institut de transplantation – urologie – néphrologie (IHU prometteur » Cesti), coordonné par le Pr. Philippe Moreau du CHU de Nantes.
Le projet DHU 2020 qui rassemble l’institut du thorax et l’institut des maladies de l’appareil digestif autour de la promotion de la médecine personnalisée dans les maladies chroniques, coordonné par le Pr. Antoine Magnan du CHU de Nantes.
Une sélection rigoureuse 
Conformément aux recommandations du Comité National de Coordination de la Recherche, l’appel à projets de HUGO repose sur :
– des projets intégrés de recherche, d’enseignement et de soins mono ou multi-sites, interrégionaux voire transrégionaux en fonction de l’intérêt médical et scientifique du projet,
– une grande sélectivité de la compétition, en vue de promouvoir l’excellence scientifique et de rechercher le caractère transformant des projets,
– une évaluation par un jury international, qui s’appuie sur les appréciations d’experts extérieurs.
"L’appel à projet a également permis de lancer une dynamique très positive de rapprochement entre les équipes des différents sites." se félicite Yann Bubien, administrateur du Groupement, qui souligne la qualité des équipes et des dossiers reçus dans le cadre de cet appel à projet.
 Il reviendra à chaque CHU, en fonction de sa stratégie d’établissement, de décider quel soutien accorder aux 11 autres projets candidats, dont certains ont obtenu un classement A par le jury international.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.