Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Radiologie médicale : préparer en douceur le tout numérique

Nouvelles technologies obligent, pour faciliter le passage du film radio à la technologie numérique UniHA vient de mener négociation aux dispositions innovantes. L'enjeu : répondre aux besoins de l'hôpital tout en favorisant une gestion raisonnée de l'usage du film dans une perspective de développement durable, le tout à des prix compétitifs puisque le marché a généré des gains sur achat immédiats de plus de 50 %.

Nouvelles technologies obligent, pour faciliter le passage du film radio à la technologie numérique UniHA vient de mener négociation aux dispositions innovantes. L’enjeu : répondre aux besoins de l’hôpital tout en favorisant une gestion raisonnée de l’usage du film dans une perspective de développement durable, le tout à des prix compétitifs puisque le marché a généré des gains sur achat immédiats de plus de 50 %.

« Jusqu’à maintenant, témoigne Véronique Bertrand, Responsable du Département Achats Biomédicaux et Associés aux Hospices Civils de Lyon, l’hôpital achetait les fims et les reprographes  auprès de différents fabricants, en fonction de ses besoins. Au moment où se posait la question du renouvellement du parc de reprographes, les HCL ont voulu rationaliser la démarche et ne retenir qu’un seul fournisseur pour ces deux prestations. Parallèlement nous avons incité les équipes à réduire l’impression sur film et donc à diminuer le nombre d’appareils disponibles dans nos services. Les radiologues y sont largement favorables, convenant qu’il n’est plus nécessaire d’imprimer systématiquement.» D’autres hôpitaux ayant dressé le même constat, un marché a été lancé sous l’égide d’UniHA entre 5 CHU, 3 CH auxquels s’ajoute la centrale d’achat d’UniHA pour les établissements qui souhaiteraient les rejoindre. Il vient d’être notifié à AGFA.
Des critères de développement durable
L’appel d’offres s’adressait aux fournisseurs de films. Les films sont en effet captifs du reprographe et représentent 90% du cout global de l’édition. L’achat du film est donc central et définit le type de reprographe, et non l’inverse. Le marché comprend l’achat de films mais aussi la mise à disposition des reprographes, le traitement des déchets et le retraitement des équipements en place obsolètes. Il permet au fournisseur la réalisation d’un audit sur site afin d’évaluer le nombre de reprographes nécessaires à chaque hôpital, à la fois conforme aux besoins des équipes médicales et stimulateur de nouvelles habitudes de travail. Dans cette approche globale, qui intègre les critères du développement durable, l’intérêt du fournisseur n’est plus de vendre le plus de film possible, mais de gérer une transition inéluctable vers le support numérique. 
 
Des économies qui financent l’informatisation des cabinets
« L’évolution technologique c’est l’événement de l’imagerie numérique qui se transmet par ordinateur et par réseau grâce à internet. Cela ne signifie pas que le support film ait totalement disparu, mais que son utilisation est très limitée. Dans le cas d’échanges d’informations, nous utilisons des clichés papier sur lesquels nous pouvons porter des notes écrites, les transmettre à un confrère une fois le document scanné et gagner ainsi du temps. Dans le cas d’une information diagnostique, imprimer sur film peut parfois s’avérer nécessaire, mais la transmission se fait également par la voie numérique. Cette diminution très nette des impressions entraîne des économies que nous pouvons utiliser pour informatiser nos cabinets et mettre à jour nos outils informatiques. »
apprécie le Pr Philippe Douek, Chef du Pôle Imagerie des Hospices Civils de Lyon.
 
Les adhérents au marché
5 CHU, Grenoble, HCL, Montpellier, Nîmes, Tours , 3 CH, Elbeuf, Pontoise, et Toulon + centrale d’achat UniHA.
 
A propos d’UniHA
Le Groupement de Coopération Sanitaire UniHA est le réseau coopératif d’achats groupés de 56 établissements hospitaliers publics français, dont 32 CHU-CHR et 24 centres hospitaliers. Il a pour vocation d’optimiser les achats de ces établissements, contribuant ainsi à offrir à nos concitoyens les meilleurs traitements disponibles, à décliner un service hospitalier de haute qualité et à préserver un égal accès aux soins. UniHA est devenu le premier acheteur public français, achetant en 2012 pour 1 885 milliards d’euros au service de ses adhérents et générant 63 millions d’euros de gains sur achats.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.