Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Selon l’OMS, le nationalisme vaccinal pourrait coûter jusqu’à 9200 milliards de dollars à l’économie mondiale

Le manque d’équité concernant l’accès aux vaccins constituerait non seulement «un échec moral catastrophique mais également un échec économique» alerte l'Organisation mondiale de la Santé (OMS). Alors qu'une cinquantaine de pays ont commencé leur campagne vaccinale contre la COVID-19, elle en appelle aux régions développées pour soutenir le reste du monde.

Le manque d’équité concernant l’accès aux vaccins constituerait non seulement «un échec moral catastrophique mais également un échec économique» alerte l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). Alors qu’une cinquantaine de pays ont commencé leur campagne vaccinale contre la COVID-19, elle en appelle aux régions développées pour soutenir le reste du monde.
Avec près de 100 millions de cas de COVID-19 signalés dans le monde, l’OMS a appelé tous les pays à entamé leur campagne de vaccination dès les premiers mois de l’année 2021. A cette date, seule une cinquantaine a répondu à l’appel, faute de moyens pour la majorité des autres de vacciner leur population. Lors du dernier point sur la pandémie, le 25 janvier, le Dr Tedros, directeur de l’organisation mondiale pointe cet «échec moral catastrophique» et le lourd impact qu’il pourrait avoir sur l’économie mondiale.
Et de fait, selon l’Organisation internationale du travail (OIT), c’est 8.8 % du travail mondial qui a été perdu, durant l’année 2020. Une diminution qui a entrainé «une baisse des revenus mondiaux du travail équivalent à 3 700 milliards de dollars ». Pour envisager un rétablissement économique et une reprise du marché mondial du travail durant le second semestre 2021, l’OMS insiste sur le nécessaire soutien international à la vaccination dans les pays aux revenus faibles ou intermédiaires.
« La santé et l’économie sont étroitement liées »
Cette analyse est étayée par une étude commandée par la Fondation pour la recherche de la Chambre du commerce international (ICC) qui rappelle que les différentes économies sont «interconnectées par des liens commerciaux et des liens de productions».
« Même si l’on parvient à une vaccination universelle dans les économies avancées, il subsistera un énorme impact sur le secteur des échanges, puisque ces économies avancées sont largement connectées aux échanges internationaux», détaille Sebnem Kalemli-Özcan, coauteure du rapport et professeur d’économie à l’université du Maryland. Non seulement ces économies avancées vont sentir cet impact, mais elles vont devoir en supporter la moitié ».
Cette étude montre en l’occurrence qu’a défaut d’une cohésion internationale dans le déploiement de la vaccination, la juxtaposition de campagnes vaccinales nationales, pourrait coûter jusqu’à 9200 milliards de dollars à l’économie mondiale. De plus, près de la moitié de ce coût – 4 500 milliards – serait reporté sur les économies les plus riches. Pour John Denton, secrétaire général de la ICC, cela ne revient pas à un acte de charité : «c’est du bon sens économique!».

Une alternative solidaire et gagnante

Une initiative internationale a déjà été lancée fin avril 2020 dans ce sens, même si trop modeste à ce stade pour supporter une campagne vaccinale de cette ampleur. ACT, pour Access to Covid-19 Tools, est un dispositif destiné à fournir du matériel médical aux pays à faibles revenus. L’enjeu étant d’accélérer la rapidité de diagnostics, de traitements et de vaccins contre le virus.
Le directeur général de l’OMS souligne qu’en comparaison aux potentiels 9200 milliards de perte mondiale, «le déficit de financement du dispositif s’élève à 26 milliards de dollars». De plus, l’étude de l’ICC établit que si ce dispositif était entièrement financé, «l’accélérateur ACT rapporterait jusqu’à 166 dollars pour chaque dollar investi».
Pour en savoir plus : Point de situation COVID-19 de l’OMS-25 janvier 2021
 Titouan De Sousa et Betty Mamane

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.