Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Selon l’OMS, le nationalisme vaccinal pourrait coûter jusqu’à 9200 milliards de dollars à l’économie mondiale

Le manque d’équité concernant l’accès aux vaccins constituerait non seulement «un échec moral catastrophique mais également un échec économique» alerte l'Organisation mondiale de la Santé (OMS). Alors qu'une cinquantaine de pays ont commencé leur campagne vaccinale contre la COVID-19, elle en appelle aux régions développées pour soutenir le reste du monde.

Le manque d’équité concernant l’accès aux vaccins constituerait non seulement «un échec moral catastrophique mais également un échec économique» alerte l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). Alors qu’une cinquantaine de pays ont commencé leur campagne vaccinale contre la COVID-19, elle en appelle aux régions développées pour soutenir le reste du monde.
Avec près de 100 millions de cas de COVID-19 signalés dans le monde, l’OMS a appelé tous les pays à entamé leur campagne de vaccination dès les premiers mois de l’année 2021. A cette date, seule une cinquantaine a répondu à l’appel, faute de moyens pour la majorité des autres de vacciner leur population. Lors du dernier point sur la pandémie, le 25 janvier, le Dr Tedros, directeur de l’organisation mondiale pointe cet «échec moral catastrophique» et le lourd impact qu’il pourrait avoir sur l’économie mondiale.
Et de fait, selon l’Organisation internationale du travail (OIT), c’est 8.8 % du travail mondial qui a été perdu, durant l’année 2020. Une diminution qui a entrainé «une baisse des revenus mondiaux du travail équivalent à 3 700 milliards de dollars ». Pour envisager un rétablissement économique et une reprise du marché mondial du travail durant le second semestre 2021, l’OMS insiste sur le nécessaire soutien international à la vaccination dans les pays aux revenus faibles ou intermédiaires.
« La santé et l’économie sont étroitement liées »
Cette analyse est étayée par une étude commandée par la Fondation pour la recherche de la Chambre du commerce international (ICC) qui rappelle que les différentes économies sont «interconnectées par des liens commerciaux et des liens de productions».
« Même si l’on parvient à une vaccination universelle dans les économies avancées, il subsistera un énorme impact sur le secteur des échanges, puisque ces économies avancées sont largement connectées aux échanges internationaux», détaille Sebnem Kalemli-Özcan, coauteure du rapport et professeur d’économie à l’université du Maryland. Non seulement ces économies avancées vont sentir cet impact, mais elles vont devoir en supporter la moitié ».
Cette étude montre en l’occurrence qu’a défaut d’une cohésion internationale dans le déploiement de la vaccination, la juxtaposition de campagnes vaccinales nationales, pourrait coûter jusqu’à 9200 milliards de dollars à l’économie mondiale. De plus, près de la moitié de ce coût – 4 500 milliards – serait reporté sur les économies les plus riches. Pour John Denton, secrétaire général de la ICC, cela ne revient pas à un acte de charité : «c’est du bon sens économique!».

Une alternative solidaire et gagnante

Une initiative internationale a déjà été lancée fin avril 2020 dans ce sens, même si trop modeste à ce stade pour supporter une campagne vaccinale de cette ampleur. ACT, pour Access to Covid-19 Tools, est un dispositif destiné à fournir du matériel médical aux pays à faibles revenus. L’enjeu étant d’accélérer la rapidité de diagnostics, de traitements et de vaccins contre le virus.
Le directeur général de l’OMS souligne qu’en comparaison aux potentiels 9200 milliards de perte mondiale, «le déficit de financement du dispositif s’élève à 26 milliards de dollars». De plus, l’étude de l’ICC établit que si ce dispositif était entièrement financé, «l’accélérateur ACT rapporterait jusqu’à 166 dollars pour chaque dollar investi».
Pour en savoir plus : Point de situation COVID-19 de l’OMS-25 janvier 2021
 Titouan De Sousa et Betty Mamane

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.