Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Stérilisation par voie hystéroscopique

Le CHU de Nantes novateur dans le développement de la chirurgie ambulatoire en gynécologie obstétrique : En 2002, le Professeur Patrice Lopes a été le premier en France à pratiquer la stérilisation par voie hystéroscopique. Une technique simple et efficace, sans incision et beaucoup moins traumatisante pour la femme qui peut repartir après quelques heures.

Le CHU de Nantes novateur dans le développement de la chirurgie ambulatoire en gynécologie obstétrique : En 2002, le Professeur Patrice Lopes a été le premier en France à pratiquer la stérilisation par voie hystéroscopique. Une technique simple et efficace, sans incision et beaucoup moins traumatisante pour la femme qui peut repartir après quelques heures.

Cette nouvelle technique devait permettre à terme de réaliser l’intervention en chirurgie ambulatoire.

Légale en France depuis le 4 juillet 2001 chez les femmes majeures, la stérilisation tubaire est pratiquée actuellement sur 70 000 femmes. La stérilisation tubaire sous contrôle coelioscopique est actuellement la méthode de référence. C’est un acte chirurgical qui impose une anesthésie générale.

La technique développée par le Pr Lopes, avec l’aide de la société Conceptus a permis :
– de rendre moins traumatique le geste chirurgical (sténose des trompes par les voies naturelles et non plus par la coelioscopie qui impose une incision),
– de réaliser cette intervention sans anesthésie.

Après deux ans de pratique, cet objectif est atteint. La stérilisation tubaire sous contrôle hystéroscopique sans anesthésie est une technique qui devrait être validée à très court terme.
La tolérance immédiate lors de la pose, l’absence de douleur une fois le micro implant posé apparaissent aujourd’hui comme des éléments contribuant à proposer cette technique en première intention.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.