Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Test de paternité prénatal non invasif

Il n’est plus question de prendre des risques pour établir la paternité : le test de paternité prénatal non invasif permet d’obtenir des résultats précis et fiables sans risques dès la 10e semaine de la grossesse !

rnrn
Actuellement  un test de paternité prénatal non invasif  est disponible. Test extrêmement précis etrnfiable et le plus important qui ne suppose aucun risque pour la mère enceinternet le fœtus.
rnrn
Jusqu’ici, pour obtenir une évidence dernl’identité du père du bébé, la future maman devait se soumettre à une procédurernmédicale pénible et éventuellement dangereuse. Le test de paternité prénatalrninvasif nécessite un prélèvement d’échantillon d’ADN fœtal directement dernl’utérus, en général à l’aide d’une aiguille, ce qui comportait le risque dernnuire au bébé. Les procédures traditionnelles telles que l’amniocentèse ou lernprélèvement des villosités choriales (PVC) peuvent mener à une perte importanternde liquide amniotique ou même à la fausse couche. Même si de tellesrnconséquences graves ne se produisent heureusement pas souvent, les risques sontrnréels et vaut mieux les éviter.
rnrn
Comment fonctionne le test de paternité enrngrossesse?
rnrn
Tandis que le test ADN prénatal invasif visaitrnà obtenir un échantillon de cellules entières du bébé, contenant l’ADN fœtalrnnécessaire pour l’analyse ADN, le test ADN non invasif se fait à partir d’ADNrnfœtal libre (non-cellulaire). Les scientifiques savaient déjà depuis un bonrnmoment que le sang de la mère contient l’ADN du bébé sous forme d’ADN fœtal  libre, souvent en fragments, mais il fallaitrninventer la méthode pour extraire cet ADN du sang et de l’analyser d’unernmanière efficace.
rnrn
Cette méthode existe désormais, grâce aurnprogrès accéléré de la bioinformatique. A l’aide d’une technologie hypermodernernet un savoir-faire de premier ordre, les généticiens experts sont désormais enrnmesure d’isoler l’ADN fœtal libre dans le sang maternel pour analyser ce qu’onrnappelle les polymorphismes d\’un seul nucléotide (SNPs). Grâce à cette méthode,rnil est désormais possible d’établir la paternité d’un bébé avant sa naissancernmême avec une précision d’au moins 99,9%, à partir d’un simple prélèvementrnsanguin et sans aucun risque!
rnrn
Quels sont donc les avantages du test de paternitérnprénatal non invasif ?
rnrn

  1. Il ne demande pas d’intervention médical compliqué etrn coûteux : une simple prise de sang suffit.
  2. C’est test de paternité avant naissance ne comporte aucun risquern pour la santé du bébé ou de la mère. Tandis que les procédures invasivesrn telles que l’amniocentèse ou le PVC peuvent mener à une perte de liquidern amniotique ou même à une fausse couche, le test de paternité prénatal nonrn invasif ne peut causer aucun problème de santé.
  3. Pas de risque de diagnostic erroné : L’examen de cellulesrn fœtales entières, qui est la méthode de nombre de tests de paternitérn prénataux non invasifs offerts par d’autres laboratoires, peut donner desrn résultats faux à cause d’une grossesse précédente. C’est un fait connu quern des cellules d’un bébé peuvent rester dans la circulation sanguine de larn mère bien de mois après sa naissance ou une fausse couche. Ce risquern n’existe pas avec la méthode non invasive.
  4. Il est simple, rapide, précis et fiable. Le test est réalisable àrn partir de la 10e semaine de la grossesse. Les résultats dern votre test sont disponibles dans un délai de 5-7 jours ouvrables après larn réception de vos échantillons au laboratoire  et ils offrent une précision supérieurern à 99,9%.

rnrn
Le côté pratique
rnrn
Pour effectuer ce test, après réception dernvotre commande, le laboratoire vous envoie un kit ADN qui contient tout ce dontrnvous aurez besoin pour renvoyer vos échantillons de sang pour le test dernpaternité prénatal.
rnrn

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”