Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Un guide d’accueil des mineurs

Familles monoparentales en nombre croissant, affirmation de la place de l'enfant et de l'adolescent dans la société, reconnaissance d'une majorité sanitaire à 16 ans, évolutions législatives*... le jeune patient est de plus en plus associé aux décisions qui concernent sa santé. Mais la réalité est complexe d'où la nécessité de confronter la loi aux expériences vécues par les équipes au contact avec les mineurs et leur entourage, à chaque étape du soin. Au CHU de Reims un groupe de travail pluridisciplinaire, réunissant personnels médicaux et soignants, a planché sur la question.

Familles monoparentales en nombre croissant, affirmation de la place de l’enfant et de l’adolescent dans la société, reconnaissance d’une majorité sanitaire à 16 ans, évolutions législatives*… le jeune patient est de plus en plus associé aux décisions qui concernent sa santé. Mais la réalité est complexe d’où la nécessité de confronter la loi aux expériences vécues par les équipes au contact avec les mineurs et leur entourage, à chaque étape du soin. Au CHU de Reims un groupe de travail pluridisciplinaire, réunissant personnels médicaux et soignants, a planché sur la question. Ainsi est né « le guide pratique à l’usage des services susceptibles d’accueillir et de prendre en charge des mineurs ». Son objectif : apporter à tout soignant d’apporter une réponse circonstanciée à une situation donnée. Mis à jour régulièrement, l’ouvrage est disponible sous format électronique sur l’intranet de l’établissement et fait l’objet d’une présentation aux médecins et cadres des services.

Références législatives
Parues simultanément le 4 mars 2002, deux lois modifient le cadre réglementaire : la loi n°2002-303 relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé et la loi n°2002-305 relative à l’autorité parentale.
Principe Les droits des mineurs sont exercés par les titulaires de l’autorité parentale ou par le tuteur. Les mineurs ont le droit de recevoir eux-mêmes une information et de participer à la prise de décision les concernant, d’une manière adaptée à leur degré de maturité s’agissant des mineurs.
Dérogation importante Par dérogation à l’article 371-2 du code civil, le médecin peut se dispenser d’obtenir le consentement du ou des titulaires de l’autorité parentale sur les décisions médicales à prendre lorsque le traitement ou l’intervention s’impose pour sauvegarder la santé d’une personne mineure, dans le cas où cette dernière s’oppose expressément à la consultation du ou des titulaires de l’autorité parentale afin de garder le secret sur son état de santé.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”