Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Une maternité écoresponsable qui bat des records

Le CHU de Clermont-Ferrand a obtenu le 18 décembre dernier le label THQSE et ce, avec le niveau le plus élevé. Une véritable reconnaissance pour le CHU et ses équipes qui s’investissent dans le développement durable depuis plusieurs années.

Le CHU de Clermont-Ferrand a obtenu le 18 décembre dernier le label THQSE et ce, avec le niveau le plus élevé. Une véritable reconnaissance pour le CHU et ses équipes qui s’investissent dans le développement durable depuis plusieurs années.
C’est une première dans l’histoire des CHU en France. Le CHU de Clermont-Ferrand vient de recevoir le label THQSE. Mais de quoi s’agit-il ? Le label THQSE (Très Haute Qualité Sociale Sanitaire et Environnementale), gratification particulièrement exigeante en matière de management environnemental, s’inspire de nombreuses lois, normes et accords en la matière (Grenelle 1 et 2, l’accord de Paris, norme ISO 26000, etc.). Ce label se base sur plusieurs critères comme les achats durables et responsables d’une entreprise ou d’une organisation, la qualité de ses produits ou de ses services, ou bien encore l’accueil et le respect des usagers. Aussi, parmi une pléiade de conditions très précises à remplir par les établissements, 70% de ces critères sont nécessaires pour obtenir le précieux sésame. Plus cette jauge augmente, plus le niveau accordé en sera élevé, suivant un ordre bien connu dans le monde du sport : bronze, argent, or. En obtenant le niveau or, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand se hisse pour ainsi dire en haut du podium.

Le bien-être des patients et des soignants avant tout

Depuis plusieurs années, et encore plus depuis 2019, le CHU de Clermont-Ferrand, comme sa maternité, mettent en place bons nombres d’actions et de protocoles favorisant un cadre plus sain et d’avantage respectueux de l’environnement. Dans une forme de continuité, le CHU s’est donc engagé dans ce processus de labellisation et a été auditionné par l’organisme certificateur SOCOTEC sur sa politique de développement durable, et plus particulièrement, sur l’activité de sa maternité.

Chambre pédagogique universelle de la maternité du CHU de Clermont-Ferrand, crédit photo : CHU de Clermont-Ferrand
Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice, explique que cette démarche a découlé de plusieurs échanges entre tous les professionnels de santé investis dans une démarche écoresponsable au travail ou à la maison. Au fil des discussions entre les services et les différentes directions de l’hôpital, il est apparu évident que la maternité devienne la première vitrine de cet engagement vertueux, soit associée au label THQSE. « On voulait partir avec un hôpital où le début de la vie est le plus sein possible », résume la sage-femme.
Afin d’obtenir ce label et pour garantir une maternité seine et écoresponsable aux patients comme aux équipes soignantes, plusieurs actions et changements ont été opérés, allant de la production de documents informatifs sur l’allaitement à la modification de certaines pratiques d’hygiène. Ainsi, les sols ne sont par exemple plus nettoyés avec des produits nocifs pour l’environnement, mais aux microfibres, à l’eau ou avec une machine à vapeur. Si cela implique des ajustements au niveau de l’organisation, cette évolution prouve une efficacité égale avec les produits utilisés jusqu’alors. Des investissements, qui pour les soignants de cette maternité, sont parfaitement naturels : « ce label, il reconnaît du bon sens et c’est accessible à tous. », confirme Emilie Blanchet.

Salle d’allaitement de la maternité du CHU de Clermont-Ferrand, crédit photo CHU de Clermont-Ferrand

La prochaine étape, c’est quoi ?

Ce label étant valable 3 ans, la maternité compte bien le conserver, mais aussi aller plus loin. Elle réfléchit en effet à une plaquette d’informations pratiques et concrètes destinée aux patientes pour tout le processus de grossesse, jusqu’après l’accouchement. Autre levier d’action potentiel, des formations destinées aux professionnels de santé pour qu’ils puissent orienter les patients vers des démarches écoresponsables : réduction du gaspillage alimentaire et des barquettes repas en plastique, meilleure gestion des achats pour aller vers davantage de produits seins,  ou encore installation dans les chambres de la maternité de fauteuils évoluant en lit pour mieux accueillir accompagnants et visiteurs.
Symbole de cette préoccupation des CHU pour les questions d’environnement et de transition écologique, la maternité de Clermont-Ferrand pourrait bien ne pas être la dernière à être associée au label THQSE.
Romain Pillet 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.